En passant

Est-ce que présenter un nouveau lieu aux journalistes alors que tout est en travaux est un must? Il faut le croire vu plusieurs « inaugurations » auxquelles nous avons eu droit ces dernières semaines. La faute à l’été et aux vacances ainsi qu’aux journaux qui bouclent de plus en plus tôt. Ne m’avait-on pas demandé il y a quelques années les nouveautés des chocolatiers pour Noël, en juin? Ils devaient se dire que le chocolat c’est comme la mode, on y pense 1 an avant…mais non.

Tout ça pour vous parler de la nouvelle adresse de la Maison Plisson, place du Marché Saint Honoré à partir du 15 juillet. Vous pourrez y faire vos achats pour l’apéro de la finale (allez les bleus!). Et je vous emmène à la soirée  et d’un barista-barman, Victor Delpierre.

La Maison Plisson a reçu dans la poussière et les installations pas terminées les journalistes, (ouverture le 15 juillet) et le Lutétia ouvre le 12 juillet une partie des chambres et il faudra attendre la rentrée voire octobre pour la Brasserie. Et cela ne dérange personne. Je vous rassure, on n’a pas eu à mettre de casque. Déduction, le chantier c’est tendance.

Nous avons été conviés à découvrir place du marché Saint Honoré, la nouvelle adresse de la Maison Plisson. Delphine Plisson redonne ses lettres de noblesse (si elle en avait besoin) à l’épicerie fine (oups, l’alimentation générale) voire le marché de producteurs. Le concept est simple.

Comme dans une grande surface de luxe, vous déambulez au milieu des étals de légumes et de fruits. Des armoires réfrigérées abritent la viande, la charcuterie, des pâtes fraîches sans compter les fromages, la boulangerie (avec farine de blé moins riche en gluten), la poissonnerie, une triperie, des plats à emporter, les douceurs de célèbres maisons (Christophe Michalak était présent), chocolats, confitures, huiles…

Au premier, la cave et même les ustensiles de cuisine et autres objets comme des bougies Kerzon en exclusivité, les pots de la Maison Jars, … et des objets créés pour Plisson. 1200 m² de beaux et bons produits (garantis sans OGM) où l’on peut aussi se restaurer. Il y a même un bar à jus en accès libre où vous pouvez presser les herbes et fruits que vous venez d’acheter et un salon des goûters. Quelle bonne idée, j’adore le goûter.  

Delphine Plisson a lancé le concept Alimentation Générale  à la façon de la célèbre adresse new-yorkaise que j’ai le plaisir de connaitre, Dean & DeLuca. Je me suis même dit qu’en France, temple de la gastronomie nous n’avions pas une tel lieu. Et bien voilà 3 ans Delphine Plisson l’a fait. La Maison Plisson s’est installée alors au 93 boulevard Beaumarchais.

La Maison de Famille est présente au premier étage

Oui le prix est à la hauteur de la qualité. Ce n’est pas le lieu où le commun des parisiens ira faire ses courses tous les jours. En revanche c’est un endroit où on viendra assouvir une envie soudaine, se faire plaisir, trouver des idées et chercher des produits rares et des marques plus confidentielles… (jusqu’à 21h  en semaine, 20h le dimanche).

Photos Véronique Guichard

Pour bien faire, je vais y retourner après le 15 juillet parce que franchement, j’ai apprécié moyennement de débarquer dans un chantier.
15 mn avant d’entrer, les artisans électriciens et autres maçons sortaient. Et pour cause, rien n’était terminé. Bon pourquoi pas? Mais installer le petits fours, pains (très bons d’ailleurs), charcuterie, tarama, sur des tables alors que le sol et les alentours sont pleins de poussière de ciment, je trouve que c’est un peu too much. Bêtement j’étais chargée de sacs, pas de vestiaires, on se débrouille. Déjà qu’on te file du champagne on ne va pas en plus garder tes affaires.
Comme d’autres consoeurs nous avons voulu nous asseoir sur des espèces de murets, histoire de pouvoir poser le verre pour déguster des verrines. Parce qu’essayer de tenir une cuillère en tenant la verrine et le verre avec en plus des sacs sur l’épaule, pas simple, surtout si en même temps vous voulez noter des infos (on est  quand même là pour ça). Et bien pas évident de s’asseoir sans ramasser toute la poussière grise ou blanche sur son postérieur. Je me suis méfiée et j’ai bien fait, les autres se sont retrouvées avec la jupe bien marquée!

Pour finir, on n’a pas attendu les mignardises et on a changé de crèmerie.

Direction la soirée du barista Victor Delpierre qui fêtait les 5 ans de son titre de Champion du Monde 2013 « Coffee In Good Spirits »  au club de la pelote basque de Paris au Trinquet de la Motte Picquet. Un endroit incroyable au dernier étage d’un immeuble très banal, doté également d’un terrain de tennis tout aussi perché.
Là ce n’était pas en chantier. Et pour vous accueillir pas d’attachées de presse blondes mais la maman de Victor trop sympa, directe et simple ainsi que les jeunes de l’institut Paul Bocuse.

J’ai appris à éplucher une banane avec un couteau et une fourchette. Les cocktails étaient d’enfer. Dans la salle des  distributeurs de fruits et légumes, un glacier italien provençal trop bon (Casalini à Saint Charles dans les Bouches du Rhône) , des producteurs d’alcool, tous des partenaires de Victor  qui créent des cocktails notamment avec le café ou des rhums arrangés avec thé ou café (Baristea)

Ce jeune homme hyper créatif est à la fois barman, barista et maître d’hôtel. Sa soirée était très agréable et festive.  Il a créé pour la rentrée « Les Amuses Sens d’intérieur » une gamme de bougies inspirée des saveurs de ses cocktails signature. J’aime assez Calin sous la couette, Café au coin du feu et Déjeuner sur l’herbe…
Mais pourquoi y-a-t-il toujours dans ce genre de soirée des greluches de plus de 45 balais complètement décalées en talons plus que hauts clinquant argentés et en combinaison de cuir rose? J’aurais dû les envoyer chez Plisson histoire de ramasser la poussière…

 

 

 

 

 

 

En passant

Chez Ladurée, de nouveaux desserts glacés ont rejoint Mont Blanc et autres gâteaux à se pourlécher les babines. C’est le moment de les essayer. Slurps!

Si je reste une inconditionnelle des glaces Berthillon, je ne crois pas être infidèle en goûtant les nouveaux parfums et desserts glacés de Ladurée. Il y a de la place pour tout le monde quand c’est bon et bon.
Côté sorbet: la framboise est pure et forte en fruit. Un régal de fraîcheur pour terminer un repas ou attaquer un goûter voire se faire un petit plaisir vers 23h quand la nuit est chaude. On peut même l’agrémenter d’une lichette d’alcool de framboise pour un dessert plus corsé.
Autre nouveauté: la glace au yaourt. J’aime bien celle de Yogurt Factory à 0% de matières grasses (je ne connais pas le reste de la composition) que j’achète par pot de 500g à Beaugrenelle (si vous avez la carte du lieu, la remise est conséquente). Celle de Ladurée est onctueuse.
Pour en savoir plus sur le frozen yugurt: cliquer ici 

Côté des gâteaux glacés très prisés: le macaron glacé à la rose   est un dessert exotique qui fait voyager les convives avec ses coques de macaron très moelleuses et ce goût de rose fin et pas très sucré. Le macaron cacao-vanille est agréablement fort en cacao!

Bémol: dans la composition qui est très clairement indiquée, se baladent quelques additifs E… qui font que ces glaces sont bien moins artisanales et naturelles que d’autres comme Berthillon ou Grom. Cela n’empêche pas le goût mais indique tout de même que la maison rachetée il y a une vingtaine d’années n’est plus si artisanale que ce que la devanture laisserait penser.
D’ailleurs, chez Angelina, autre maison rachetée il y a quelques années, le fameux Mont Blanc n’est plus monté à la main mais à la machine…En même temps, chez Hermé, les E… sont aussi bien présents! Comme quoi…  vu les prix on peut aussi tiquer sur les ingrédients.

J’aime bien aussi les glaces de grandes surfaces Extrême et Magnum. Ben oui, c’est comme ça. Et là vu le côté industriel, je ne m’attends pas à des miracles sur la composition.
Chez Magnum, une nouveauté de la saison: le praliné. Des fêves de cacao du Ghana et de la Côte d’Ivoire, du chocolat au lait-noisette avec un soupçon de caramel, plongé dans un enrobage épais de chocolat belge  parsemé de morceaux croquants de noisettes caramélisées. Pas mal.

 

 

En passant

QVC, qu’est-ce que c’est que ça que c’est?
Derrière cet acronyme, se cache un géant du télé-shopping et de la distribution de marques et de produits de beauté, bijoux, déco et mode. A travers ses propres chaines de télé et sites e-commerce, QVC commercialise des produits assez divers, de qualité. Quelle différence avec d’autres sites? Des exclus pour que vous n’ayez pas la montre de la voisine et un service sur mesure.

QVC met le paquet pour nous convaincre d’acheter. Sur ses chaines et sites, vous trouverez des tutoriels, des vidéos de présentation, des modes d’emploi…La marque tourne ses propres spots et emploie cameramans, réalisateurs et présentateurs.

J’ai découvert QVC à l’occasion d’une présentation menée par ses dynamiques acheteuses qui sillonnent le monde pour trouver les produits qui plairont à leurs clientes. Revue de détail:


En mode, la fleur continue sa percée cet hiver en robe, chemisier ou sac.
Pour habiller nos mains, bras, cous et oreilles, je ne cours pas après les faux diamants de Diamonique, mais j’apprécie les pierres 
semi-précieuses, les montres (Christian Lacroix ou Chartlotte Raffaeli,  les fantaisies de la marque danoise Pilgrim, … il y en a pour tous les goûts. 

 Pour la maison, j’ai bien aimé une enceinte bluetooth Decotech by Lexibook qui se trimbale partout, change de couleur et sera parfaite en pique-nique, dans le jardin les soirs d’été ou chez les copains en 2e partie de soirée. Pour vous protéger des voisins, le faux buis fait pas mail illusion.


Vous trouverez des ustensiles de cuisines et des objets pour décorer la chambre d’enfant très rigolos comme le coussin évolutif  Fidibus qui de chien devient chat…, le plaid qu’on enfile ou la parure de lit polaire pour les frileux. 

Et puis il y a aussi les produits de beauté aux ingrédients les plus naturels possibles comme Oliveda, Mademoiselle Provence, . ..

Bref comme tout site de vente en ligne, rien n’est vraiment indispensable mais vous trouverez de l’inédit et des envies!

A tester pendant les soldes.

Photos Véronique Guichard

En passant

Ce n’est pas parce qu’on est en vacances que la déco des tables d’été ne doit pas être soignée. Mais on se facilite la vie avec élégance!

La maison basque de qualité, Jean Vier, qui est un festival de gaieté avec ses rayures multicolores a créé des toiles enduites qui allient la souplesse d’une nappe coton avec un entretien facile grâce à l’enduction acrylique et le traitement déperlant.

Sumbilla multicolor
Résultat: vous n’avez qu’à passer un coup d’éponge sur les taches de rosé renversé, et toutes taches de gras disséminées. Pas besoin de changer de nappe ni de faire tourner une machine entre le déjeuner et les agapes de la soirée. Voilà des vacances!

Au programme: de la rayure avec la très dynamique Sumbilla Multicolor, qui évoque les bonbons acidulés (ma préférée) , la plus classique Larrau Salsa ou la plus sobre et citadine  Berrain Fusain.

Tout aussi élégante et pleine d’air marin, idéale en terrasse et en bord de mer, la nappe de la collection Donibane Océan vous emmène en bord de mer. Elle n’est pas en toile enduite mais son bleu profond associé au tissage en points chevrons donne à la table un côté raffiné. A associer à une vaisselle blanche ou bleu marine voire gris perle.

Wax Mania Pistache

Au Jacquard Français, autre belle maison française de qualité, vous trouverez également des toiles de coton enduites aux aspirations colorées.

Elles feront aussi voyager votre table du côté des îles avec Marie Galante Coco, Citron ou Mangue.

LE JACQUARD FRANCAIS_Nappe Marie Galante mangue zoom.jpgPour des envies de mer, Feuillage Cobalt ou Fleurs de Kyoto Indigo ou d’Afrique avec Wax mania pistache.
set-de-table-enduit_feuillage_cobalt_ambHD.jpg.jpg

Et voilà c’est simple de voyager tout en restant à table!

En passant

Le 22 juin s’est ouvert à 17h un nouveau concept de magasin beauté-bien-être destiné aux urbains, j’ai nommé: « …le drugstore parisien ». La révolution réside dans le fait que deux groupes de grande consommation Casino (Franprix) et L’Oréal se soient unis pour créer ce drugstore issu des nouveaux modes de consommation. Deux adresses pour l’instant, une rive droite, la plus grande au 66 rue de la Chaussée d’Antin et l’autre rive gauche, 122 rue du Bac.

Petits formats, achats de dernière minute, snacks, lacets, kits couture, marques branchées, de la couleur, du fun, du pratique (borne wifi, cireuse à chaussures, lavabos, coiffeuse en libre-service, …) du sexy, …bref tout pour les citadins plutôt jeunes et décomplexés. Une offre aux prix raisonnables. Mais si vous rapportez au kilo ou au grand format, ce n’est pas si donné que cela. Et 5€ + 5€, ça finit par chiffrer… mais bon si c’est fun, pratique et nouveau…parfait!

Selon les discours des deux enseignes, le drugstore a été pensé pour répondre à tout ce dont nous pourrions avoir besoin au cas où il arrive une opportunité, quelque chose de bien ou de moins bien dans notre journée. Je craque ma robe, hop un kit de couture, je suis invitée, hop des paillettes, j’ai l’opportunité de conclure, hop des préservatifs et le livre des positions originales…, j’ai découché, hop une bosse à dents et un slip de rechange, plus de piles dans ma souris, hop, j’en trouve, un cadeau pour un anniversaire imprévu, … plus de 4234 références et 285 marques sont proposées y compris celle du « …drugstore parisien ».
Je me promène et j’ai soif, faim ou j’ai une envie pressante, hop j’entre au « …drugstore parisien ». L’hiver me rend morose, hop un coup de luminothérapie.

Et si c’est la signalétique des toilettes où homme, femme et autre, vont en coeur, décompléxé, on vous dit!

Le lieu est clair, chaleureux, on a envie de tout toucher et de tout essayer. Vous pouvez mettre vos emplettes ou cadeaux dans des poches en papier aux messages édifiants comme: « kit de survie »… il y a même un bar à cadeaux. Le lieu est résolument anti-morosité, ici on prend la vie du bon côté et on le fait savoir. Et pourquoi pas, la méthode koué a fait ses preuves. et si on peut sourire en faisant des courses, ce n’est pas si mal.

Voilà qui rejoint la pub et la communication franchement humoristique de Monoprix, celle des « gamins » Michel et Augustin… le rire a de beaux jours devant lui au « …drugstore parisien » comme ailleurs.
Manquerait-on à ce point de sourire que même le commerce veuille nous en vendre?

Lancé par le groupe Casino (au-travers de son enseigne Franprix) en collaboration avec L’Oréal France, qui apportera son expertise de leader de la Beauté, ce nouveau concept “le drugstore parisien” repense totalement l’offre beauté et bien-être en se positionnant comme le “magasin urbain du bien qui rend beau, du plaisir utile et de la sérendipité [NB : l’art de faire des trouvailles inattendues]”. communiqué Casino

Pour résumer: « …le drugstore parisien » est une offre fun, décomplexée, pour les urbains qui veulent être beaux et se sentir bien. (dixit les dames des deux enseignes). Beau c’est important. Exit les moches, les campagnards coincés et les moroses! Allez faire un tour et vous saurez dans quelle catégorie vous êtes. Moi, je suis évidemment jeune (la cible du drugstore parisien), belle et ultra décomplexée…

7 jours sur 7  de 10h à minuit du lundi au samedi et de 11h à 20h le dimanche et une fois par mois une ouverture 24h sur 24 avec animations et services bien-être exclusifs

En passant

Quelques présentations déco pour la rentrée  se rassemblent sous le signe de l’ailleurs. De Roche Bobois au quartier du Marais, vous trouverez meubles et accessoires pour faire voyager votre maison. Les boutiques déco ne manquent pas rue des Guillemites et dans le quartier, que ce soit rue Sainte Croix de la Bretonnerie très proche, rue du Trésor ou rue du roi de Sicile. Un tour du monde déco qui ne vous coûtera qu’un ticket de métro. Quelques pistes à suivre.

Au Cirque d’Hiver avait lieu la présentation Roche Bobois de la collection Globe Trotter  signée Marcel Wanders. Dans ce magnifique écrin la scénographie était parfaite pour mettre en valeur accessoires, meubles et lampes inspirés des voyages et de l’esprit de Jules Verne. Si les luminaires m’ont plu, je pense que les impressions très présentes et fournies ne finissent par lasser.

Tout de suite en entrant là où les chevaux et les clowns s’exhibent, on ne peut que se dire que le lieu a été bien choisi pour mettre en valeur cette collection un peu mystérieuse, poétique et rétro.
Les tapis évoquant Paris, Londres et Istanbul, posés sur les sièges des tribunes sont autant de tapis volants dans l’espace. Ces mêmes impressions se retrouvent sur des coussins, des sièges et même des paravents double-face.

Comme un secret dévoilé qu’aux initiés, des cabinets et buffets arborent un extérieur uni laqué et un intérieur aux motifs imprimés. En contrepoint  deux tapis très graphiques s’affichent en noir et blanc presque hypnotiques. Encore du tissu inattendu graphique et coloré pour les pieds de la table de salle à manger La Parisienne.

Les canapés et fauteuils Montgolfière aux accoudoirs gonflés et accueillants, portent bien leur nom. De la rondeur également pour la lampe à poser et le luminaire Up en tissu et base béton. Les tables basses  Chess affichent leurs courbes en bois massif ou en fibre de verre colorée. 
D’inspiration japonisante, la bibliothèque Dojo présente des panneaux coulissants en façade y compris un mi
roir, pour jouer avec les objets à cacher et révéler quand on en a besoin. Pratique et ludique à la fois. 

Avant de partir j’aperçois un monsieur tiré à quatre épingles, un dandy à cheveux blancs qui pose son regard de propriétaire sur la métamorphose du lieu. Il s’agit d’Emilien Bouglione. Je n’ai pas manqué de le saluer et omis de faire un selfie… la politesse et l’élégance n’ont pas besoin de s’afficher.

Autre présentation déco à laquelle je me suis rendue rue des Guillemites dans le Marais à deux pas du Point Virgule.  J’ai remarqué en passant un pop up store Démodé, émanation de la boutique située rue de Grenelle.: bougies, coussins, linge de maison… très joliment arrangés. Ici aussi on voyage via les assiettes , les lampes et les vases… et beaucoup de lin. Cette matière naturelle, facile à vivre et décontractée, ne se démode pas. 

Revenons à la présentation de quelques marques de tissus, verrerie papiers peints, …
Commençons par le lin, notre vedette de la saison (même s’il st aussi plébiscité en hiver).
Elitis auteur et éditeur de tissus, lance pour la première fois une gamme de rideaux en lin prêts à poser.  Le système d’accroche et de mise à niveau est très simple. On plie simplement le haut à bonne hauteur et cela fait comme un ourlet visible. Des motifs noir, liseré ou tâches soulignent ce repli. La matière naturelle est renforcée par le choix de couleurs très nature, comme naturel, blanc, carbone, bleu graphite, dark bronze.
Tapis, coussins, miroirs en laine, velours… dans des nuances de vert, or et rouge agrémenteront chambre et salon classiques par leurs motifs exotiques.

Exotiques également, les papiers peints d’Au Fil des Couleurs évoquent les tissus des boubous des femmes africaines, le wax. Une explosion de couleurs qui dynamisera votre intérieur avec cette nouvelle collection signée Sandrine Alouf!

Luminarc, pour ses 70 ans, a créé Lumokit, des verres à pied en kit de 3 éléments: une partie haute pour boire, un pied et entre les deux, un tube de couleur en plastique interchangeable. C’est rigolo, jeune, et en plus le tout est vendu dans un coffret qui sert de panier de lavage. Le coffret propose 4 verres à vin et 4 flûtes. Ludique.

Chez Kitchen Aid, votre cuisine chic se donnera des airs asiatiques avec le wok intégré à votre plan de travail ainsi que la plancha. La marque remonte le temps avec le frigo à l’ancienne qui intègre les essentiels de Kitchen Aid: coins arrondis et couleur laquée. Le noir est chic, le rouge est explosif!

Saviez-vous que Kitchen Aid créait des accessoires, plats et ustensiles? Vous les trouverez sur le site de la maison.

Aniza vous embarque au Mexique avec ses coussins  en laine, lin et coton qui mixent la fabrication par des artisans locaux à des tissus européens de qualité.

Photos Véronique Guichard

 

 

 

En passant

Ah la prose du monde du luxe, tout un poème. Pour en avoir une démonstration, il suffit de lire un must, le texte de la présentation  sur le site du Printemps, de cet incontournable de nos pique-niques estivaux,  j’ai nommé Mood. L’oeuf de chez Christofle abrite je vous le donne en mille, Camille, (Emile c’est trop bas de gamme), des couverts . C’est d’un chic, surtout, dans sa version or rose et… nomade. Manquerait plus qu’il reste à la maison…

Oui l’ultra chic, c’est de se déplacer avec son sac à pique-nique en or mais qui plus est, n’abrite ni les assiettes ni les verres. Il ne manque plus que la mallette Hermès pour la porcelaine et les flûtes.Faut un sherpa pour porter le tout mais sinon c’est ultra classe. Surtout comme le dit le texte « posé sur un coin de nappe à carreaux ». Restons simple. Et encore on n’a pas la bouffe. Pardon, les mets délicats que nos papilles ébaubies apprécieront. 
Revenons à nos oeufs en or: la nouveauté de l’année, les sangles pour le rendre nomade. C’est beau nomade, c’est plus chic que portable. C’est ça la nuance chic, prendre des mots que le commun des mortels n’emploie que rarement un jour improbable: épicurien, hédoniste, bucolique, dinette… et aussi puiser à foison dans le superlatif: unique, festin, somptueux, fascinant, précieux…

« Déjà ultra-désirable, l’œuf Mood se décline aussi cette saison en version Nomade. Grâce à des anses en cuir aux finitions parfaitement maîtrisées, (manquerait plus que ce soit de l’à peu près) cet objet de métal précieux accompagne nos sorties estivales préférées. Il trouve sa place partout, au cœur d’une belle tablée, ou plus simplement dans l’herbe, sur un coin de nappe à carreaux à l’ombre d’une pinède ensoleillée. (Exit la Normandie, misons plutôt sur la Riviera) Il suffit de soulever le chapeau d’acier de cet objet fascinant pour se laisser surprendre : un service complet de couverts pour 6 personnes pointe le bout de son nez. (What a surprise!) L’accessoire idéal pour partager en famille la récompense de fin de semaine, le pique-nique convivial à la française. Le bout du monde n’est finalement pas si loin…

Trop smart…heureusement qu’ils ont inventé un truc pour le transporter hors de la demeure et lui fait prendre l’air parce que sinon je ne sais pas comment on aurait fait. Manquerait plus qu’on le colle dans un sac ikéa pour le transporter. Là pour le coup ce serait osé! Cet objet garni de lanières, est indispensable. On dirait qu’on se déplace avec son ballon de rugby perso mais non c’est juste couteaux et fourchettes.

BRANCHÉ ET CHIC L’ŒUF À BRIDES, RECONNAISSABLE PAR SA SILHOUETTE OVOÏDE, VOUS SUIT DÉSORMAIS PARTOUT.

Je vous l’ai dit: on dit brides pas sangles ou lanières. Et en plus l’oeuf qui par définition est ovoïde… nous suit partout. Au bureau, en voyage, dans le métro, hop là j’emporte mon oeuf, on ne sait jamais si j’avais une petite faim…car personnellement je ne mange, que dis-je, je ne déguste, qu’avec des couverts.

L’accessoire idéal pour partager en famille la récompense de fin de semaine, le pique-nique convivial à la française.
Idéal, mais comment allons nous faire nous les pauvres, sans cet oeuf indispensable pour éclairer nos congés de fin de semaine et passer un week-end avec les mioches et les potes en buvant des coups et en se goinfrant de chips sur le bord de l’autoroute? Je m’interroge.

1500€ avec la bride, quand même en métal argenté ou or rose. Mais pour les puristes de la simplicité et de la préciosité, il existe la version or 24 carats 11500€  et là faut pas se le faire chourer en forêt de Fontainebleau.
Promo: si vous achetez sur le site pour 4000€ dans la nouvelle collection, on vous donne la bride… trop cool. Merci Christofle et merci à l’auteur de la prose du Printemps (A mon avis, ils sont plusieurs).