En passant

Jusqu’au 25 novembre, le Crillon accueille les photos d’Emanuele Scorcelletti réalisées au Palace pour la première année de sa réouverture. Le sujet: les rencontres imaginées entre les stars qui sont passés par le palace. Polka Galerie a épluché le livre d’or et imaginé, avec l’aide du Musée Grévin, des rencontres en trois dimensions possibles ou improbables au bar des Ambassadeurs, dans l’entrée, dans la suite Bernstein, sous  l’entrée, dans la piscine…C’est la première fois que 17 statues ont eu le droit de sortir du musée. Les photos sont exposées devant l’hôtel, dans le bar à droite de l’entrée et  le jardin. Le résultat est bluffant. 17 personnages du musée Grévin ont été choisis parmi 60 et assemblés selon leur position qui ne peut être changée. Vous verrez outre  Madonna ou Louis de Funès en gendarme associé au général de Gaulle et la célèbre DS, Mick Jagger juché sur le bar sous les yeux d’Henri Salvador,  Piaf et Aznavour, ou encore Jimi Hendrix, Laetitia Casta, Carole Bouquet, Arielle Dombasle… et le personnel de l’hôtel en chair et en os! photo V.Guichard sujet: Emanuele Scorcellatti La prise  de vue qui a duré une semaine, a été mémorable entre les précautions liées à la conservation des statues de cire et l’obligation de respecter la tranquillité des clients. Toutes les oeuvres sont à vendre en 2 tailles et série limitée.  

En passant

L’été c’est le temps des barbecue et aussi des smoothies, des cocktails de fruits frais…que nous aimerions bien emporter en pique-nique. Smeg, marque italienne célèbre pour associer électroménager pratique et design, qui aime tant les lignes des années 50, a trouvé la bonne astuce pour embarquer ses jus de fruits en balade: la bouteille à emporter!

Pas très révolutionnaire? Que nenni! Il s’agit du bol qui reçoit les fruits qui se change en bouteille à emporter avec bouchon à visser. C’est un accessoire optionnel du blender BLF01, nommé poétiquement BGF01.

Vous posez la bouteille sur la table, vous remplissez de fruits, glaçons, eau… vous fermez avec l’ensemble lame en acier inox. Un verrouillage de sécurité est prévu. Vous vissez le tout sur le moteur du blender et hop. Une fois liquide (400 ml max), vous dévissez l’ensemble lame-bouteille, vous échangez la lame pour le bouchon et hop vous partez en voyage.

La bouteille est en Tritan sans BPA ainsi que le couvercle et le capuchon. Vous pouvez acheter plusieurs bouteilles et ainsi proposer plusieurs parfums à vos convives. Le tout est lavable en lave-vaisselle. 40€ environ.

En passant

Entre Madeleine, le boulevard Haussmann et Saint Augustin, se trouve au 20 rue de l’Arcade un hôtel 5 étoiles, à l’esprit de famille, niché dans un hôtel particulier: l’hôtel Alfred Sommier.  Vous y trouverez une atmosphère de chic parisien tout droit sortie du 19e siècle avec la modernité en plus.  Et Chez Alfred Sommier, forcément les matelas sont sympas!  (je n’ai pas résisté)

Que d’hôtels dans cette rue de l’Arcade mais un seul 5 étoiles. Il porte le nom d’Alfred Sommier, grand bourgeois, qui l’a fait élever pour y abriter sa famille. Ce raffineur de sucre et amateur d’art avait également racheté le château de Vaux -le-Vicomte pour lui redonner son lustre d’antan. On le retrouve en peinture  dans le grand salon de réception.
L’actuel descendant Richard de Warren, a désiré gardé l’essence même du lieu. Pas question de rabaisser les plafonds de 4 mètres de haut, d’abattre des cloisons, de démolir les cheminées en marbre, de toucher aux moulures ou de virer les dorures. Mais pas question non plus de faire l’impasse sur des salles de bains dernier cri, le confort et le mobilier d’aujourd’hui. L’hôtel n’est pas un musée. Alors comment faire?

Les architectes ont choisi le mode boîte pour créer une salle de bains. c’est un peu osé dans le contexte et le rendu est audacieux et pratique. Bois clair, bureau, fauteuils profonds, dressing intégré dans le dos de la boite et lit monumental. Appliques en laiton doré rappelle les dorures des boiseries. Au mur des photos sous plexi. Vous êtes bien au XXIe siècle.

L’ambiance est feutrée dans les longs couloirs agrémentés de tableaux, où l’on se croirait volontiers chez soi… si, si. Chacune des 80 chambres dont 20 suites, sont toutes différentes. Canapé et fauteuils en velours bleu roi ou bleu canard.

Passez sous le porche et à droite, poussez la porte en verre. Laissez le grand escalier à votre droite et à gauche se trouve les parties communes lumineuses.

Elles donnent sur deux cours dont l’une est un jardin agréable où l’on peut prendre le petit-déjeuner, déjeuner, prendre un verre ou dîner.

C’est un havre de paix bien caché à deux pas de l’agitation parisienne. Les deux salles de restaurant (60 couverts), le bar et ses fauteuils bridge de velours grenat, les 5 salons dédiés aux événements, donnent sur le jardin.

Une salle de remise en forme complète le lieu. Room service 24h/24 et conciergerie « Clés d’Or ». Chambre à partir de 350€

Photos V.Guichard  Des extraits de tableau (avec Alfred Sommier) habille le mur.

C’est une belle demeure cossue et chaleureuse qui affiche un vrai parti-pris de maison de famille. Si les plafonds sont hauts, l’ambiance n’est pas à la démesure. Elle me fait penser au palace La Réserve qui reçoit ses hôtes dans ce même esprit.
Si vous désirez goûter à ce lieu, tentez le bar et le jardin pour prendre un verre ou  un thé et jouez les maîtres de maison.

En passant

Comme je passais dans le quartier j’ai fait un tour chez Plisson place du marché Saint Honoré, voir si le chantier avait évolué. Et bien il va falloir attendre encore un peu pour voir le tout terminé et le sol nickel. On creuse encore le sous-sol pour le restaurant… Il y a eu une époque où tout devait être parfait avant d’ouvrir au public, il faut croire que ce temps est révolu.
Cela ne m’a pas empêché de m’y promener et de faire quelques emplettes. 

photos V.Guichard   boucherie, charcuterie, légumes au Rez-de-chaussée  vu du premier étage

Au rez-de chaussée, on peut bénéficier de la terrasse et de quelques tables. Si vous rentrez par le côté, vous voilà dans l’épicerie, boulangerie (j’ai pris un pain aux céréales qui s’est bien conservé sans conservateur), de beaux gâteaux de divers pâtissiers sont en vitrine.
Vous pouvez choisir des salades à emporter ou flasher sur les somptueux fromages dans les armoires réfrigérées. J’ai résisté au jambon persillé de Bourgogne qui n’aurait pas résisté à la chaleur extérieure.

A l’étage, la cave où s’installent encore quelques bouteilles, la vaisselle avec de belles assiettes en terre Jars (25€) et ustensiles de cuisine.
Plus loin où sévissent encore quelques électriciens, vous avez un large choix de produits d’épicerie sucrée et salée. J’ai opté pour des conserves en verre Plisson: une crème d’artichauts à la truffe du Périgord, un pâté de campagne au porc fermier et de l’houmous bio Variette. Le caviar d’aubergines est bien sans conservateur, ni ne possède autre chose que des aubergines, de l’ail, du citron et de l’huile et un antioxydant, de l’extrait de romarin (4.50€). Il est très  bon, on ne sent que le goût.  

 

Je vais garder mes achats pour les pique-niques à venir… et patience. Le chantier finira bien par se terminer.

En passant

Est-ce que présenter un nouveau lieu aux journalistes alors que tout est en travaux est un must? Il faut le croire vu plusieurs « inaugurations » auxquelles nous avons eu droit ces dernières semaines. La faute à l’été et aux vacances ainsi qu’aux journaux qui bouclent de plus en plus tôt. Ne m’avait-on pas demandé il y a quelques années les nouveautés des chocolatiers pour Noël, en juin? Ils devaient se dire que le chocolat c’est comme la mode, on y pense 1 an avant…mais non.

Tout ça pour vous parler de la nouvelle adresse de la Maison Plisson, place du Marché Saint Honoré à partir du 15 juillet. Vous pourrez y faire vos achats pour l’apéro de la finale (allez les bleus!). Et je vous emmène à la soirée  et d’un barista-barman, Victor Delpierre.

La Maison Plisson a reçu dans la poussière et les installations pas terminées les journalistes, (ouverture le 15 juillet) et le Lutétia ouvre le 12 juillet une partie des chambres et il faudra attendre la rentrée voire octobre pour la Brasserie. Et cela ne dérange personne. Je vous rassure, on n’a pas eu à mettre de casque. Déduction, le chantier c’est tendance.

Nous avons été conviés à découvrir place du marché Saint Honoré, la nouvelle adresse de la Maison Plisson. Delphine Plisson redonne ses lettres de noblesse (si elle en avait besoin) à l’épicerie fine (oups, l’alimentation générale) voire le marché de producteurs. Le concept est simple.

Comme dans une grande surface de luxe, vous déambulez au milieu des étals de légumes et de fruits. Des armoires réfrigérées abritent la viande, la charcuterie, des pâtes fraîches sans compter les fromages, la boulangerie (avec farine de blé moins riche en gluten), la poissonnerie, une triperie, des plats à emporter, les douceurs de célèbres maisons (Christophe Michalak était présent), chocolats, confitures, huiles…

Au premier, la cave et même les ustensiles de cuisine et autres objets comme des bougies Kerzon en exclusivité, les pots de la Maison Jars, … et des objets créés pour Plisson. 1200 m² de beaux et bons produits (garantis sans OGM) où l’on peut aussi se restaurer. Il y a même un bar à jus en accès libre où vous pouvez presser les herbes et fruits que vous venez d’acheter et un salon des goûters. Quelle bonne idée, j’adore le goûter.  

Delphine Plisson a lancé le concept Alimentation Générale  à la façon de la célèbre adresse new-yorkaise que j’ai le plaisir de connaitre, Dean & DeLuca. Je me suis même dit qu’en France, temple de la gastronomie nous n’avions pas une tel lieu. Et bien voilà 3 ans Delphine Plisson l’a fait. La Maison Plisson s’est installée alors au 93 boulevard Beaumarchais.

La Maison de Famille est présente au premier étage

Oui le prix est à la hauteur de la qualité. Ce n’est pas le lieu où le commun des parisiens ira faire ses courses tous les jours. En revanche c’est un endroit où on viendra assouvir une envie soudaine, se faire plaisir, trouver des idées et chercher des produits rares et des marques plus confidentielles… (jusqu’à 21h  en semaine, 20h le dimanche).

Photos Véronique Guichard

Pour bien faire, je vais y retourner après le 15 juillet parce que franchement, j’ai apprécié moyennement de débarquer dans un chantier.
15 mn avant d’entrer, les artisans électriciens et autres maçons sortaient. Et pour cause, rien n’était terminé. Bon pourquoi pas? Mais installer le petits fours, pains (très bons d’ailleurs), charcuterie, tarama, sur des tables alors que le sol et les alentours sont pleins de poussière de ciment, je trouve que c’est un peu too much. Bêtement j’étais chargée de sacs, pas de vestiaires, on se débrouille. Déjà qu’on te file du champagne on ne va pas en plus garder tes affaires.
Comme d’autres consoeurs nous avons voulu nous asseoir sur des espèces de murets, histoire de pouvoir poser le verre pour déguster des verrines. Parce qu’essayer de tenir une cuillère en tenant la verrine et le verre avec en plus des sacs sur l’épaule, pas simple, surtout si en même temps vous voulez noter des infos (on est  quand même là pour ça). Et bien pas évident de s’asseoir sans ramasser toute la poussière grise ou blanche sur son postérieur. Je me suis méfiée et j’ai bien fait, les autres se sont retrouvées avec la jupe bien marquée!

Pour finir, on n’a pas attendu les mignardises et on a changé de crèmerie.

Direction la soirée du barista Victor Delpierre qui fêtait les 5 ans de son titre de Champion du Monde 2013 « Coffee In Good Spirits »  au club de la pelote basque de Paris au Trinquet de la Motte Picquet. Un endroit incroyable au dernier étage d’un immeuble très banal, doté également d’un terrain de tennis tout aussi perché.
Là ce n’était pas en chantier. Et pour vous accueillir pas d’attachées de presse blondes mais la maman de Victor trop sympa, directe et simple ainsi que les jeunes de l’institut Paul Bocuse.

J’ai appris à éplucher une banane avec un couteau et une fourchette. Les cocktails étaient d’enfer. Dans la salle des  distributeurs de fruits et légumes, un glacier italien provençal trop bon (Casalini à Saint Charles dans les Bouches du Rhône) , des producteurs d’alcool, tous des partenaires de Victor  qui créent des cocktails notamment avec le café ou des rhums arrangés avec thé ou café (Baristea)

Ce jeune homme hyper créatif est à la fois barman, barista et maître d’hôtel. Sa soirée était très agréable et festive.  Il a créé pour la rentrée « Les Amuses Sens d’intérieur » une gamme de bougies inspirée des saveurs de ses cocktails signature. J’aime assez Calin sous la couette, Café au coin du feu et Déjeuner sur l’herbe…
Mais pourquoi y-a-t-il toujours dans ce genre de soirée des greluches de plus de 45 balais complètement décalées en talons plus que hauts clinquant argentés et en combinaison de cuir rose? J’aurais dû les envoyer chez Plisson histoire de ramasser la poussière…

 

 

 

 

 

 

En passant

Chez Ladurée, de nouveaux desserts glacés ont rejoint Mont Blanc et autres gâteaux à se pourlécher les babines. C’est le moment de les essayer. Slurps!

Si je reste une inconditionnelle des glaces Berthillon, je ne crois pas être infidèle en goûtant les nouveaux parfums et desserts glacés de Ladurée. Il y a de la place pour tout le monde quand c’est bon et bon.
Côté sorbet: la framboise est pure et forte en fruit. Un régal de fraîcheur pour terminer un repas ou attaquer un goûter voire se faire un petit plaisir vers 23h quand la nuit est chaude. On peut même l’agrémenter d’une lichette d’alcool de framboise pour un dessert plus corsé.
Autre nouveauté: la glace au yaourt. J’aime bien celle de Yogurt Factory à 0% de matières grasses (je ne connais pas le reste de la composition) que j’achète par pot de 500g à Beaugrenelle (si vous avez la carte du lieu, la remise est conséquente). Celle de Ladurée est onctueuse.
Pour en savoir plus sur le frozen yugurt: cliquer ici 

Côté des gâteaux glacés très prisés: le macaron glacé à la rose   est un dessert exotique qui fait voyager les convives avec ses coques de macaron très moelleuses et ce goût de rose fin et pas très sucré. Le macaron cacao-vanille est agréablement fort en cacao!

Bémol: dans la composition qui est très clairement indiquée, se baladent quelques additifs E… qui font que ces glaces sont bien moins artisanales et naturelles que d’autres comme Berthillon ou Grom. Cela n’empêche pas le goût mais indique tout de même que la maison rachetée il y a une vingtaine d’années n’est plus si artisanale que ce que la devanture laisserait penser.
D’ailleurs, chez Angelina, autre maison rachetée il y a quelques années, le fameux Mont Blanc n’est plus monté à la main mais à la machine…En même temps, chez Hermé, les E… sont aussi bien présents! Comme quoi…  vu les prix on peut aussi tiquer sur les ingrédients.

J’aime bien aussi les glaces de grandes surfaces Extrême et Magnum. Ben oui, c’est comme ça. Et là vu le côté industriel, je ne m’attends pas à des miracles sur la composition.
Chez Magnum, une nouveauté de la saison: le praliné. Des fêves de cacao du Ghana et de la Côte d’Ivoire, du chocolat au lait-noisette avec un soupçon de caramel, plongé dans un enrobage épais de chocolat belge  parsemé de morceaux croquants de noisettes caramélisées. Pas mal.

 

 

En passant

QVC, qu’est-ce que c’est que ça que c’est?
Derrière cet acronyme, se cache un géant du télé-shopping et de la distribution de marques et de produits de beauté, bijoux, déco et mode. A travers ses propres chaines de télé et sites e-commerce, QVC commercialise des produits assez divers, de qualité. Quelle différence avec d’autres sites? Des exclus pour que vous n’ayez pas la montre de la voisine et un service sur mesure.

QVC met le paquet pour nous convaincre d’acheter. Sur ses chaines et sites, vous trouverez des tutoriels, des vidéos de présentation, des modes d’emploi…La marque tourne ses propres spots et emploie cameramans, réalisateurs et présentateurs.

J’ai découvert QVC à l’occasion d’une présentation menée par ses dynamiques acheteuses qui sillonnent le monde pour trouver les produits qui plairont à leurs clientes. Revue de détail:


En mode, la fleur continue sa percée cet hiver en robe, chemisier ou sac.
Pour habiller nos mains, bras, cous et oreilles, je ne cours pas après les faux diamants de Diamonique, mais j’apprécie les pierres 
semi-précieuses, les montres (Christian Lacroix ou Chartlotte Raffaeli,  les fantaisies de la marque danoise Pilgrim, … il y en a pour tous les goûts. 

 Pour la maison, j’ai bien aimé une enceinte bluetooth Decotech by Lexibook qui se trimbale partout, change de couleur et sera parfaite en pique-nique, dans le jardin les soirs d’été ou chez les copains en 2e partie de soirée. Pour vous protéger des voisins, le faux buis fait pas mail illusion.


Vous trouverez des ustensiles de cuisines et des objets pour décorer la chambre d’enfant très rigolos comme le coussin évolutif  Fidibus qui de chien devient chat…, le plaid qu’on enfile ou la parure de lit polaire pour les frileux. 

Et puis il y a aussi les produits de beauté aux ingrédients les plus naturels possibles comme Oliveda, Mademoiselle Provence, . ..

Bref comme tout site de vente en ligne, rien n’est vraiment indispensable mais vous trouverez de l’inédit et des envies!

A tester pendant les soldes.

Photos Véronique Guichard