PASSAGE AU PAYS DU PASHMINA: une chronique estivale

Je ne sais pas pour vous mais pour moi le premier rendez-vous est déterminant.

Ma première rencontre avec « lui » fut pratiquement orgasmique. Je l’ai frôlé et hop, le Nirvana direct. 150€ quand même minimum le voyage au pays du Kamasutra. Je vous entends d’ici (si, si, j’ai l’ouïe fine): Pour un week-end c’est pas cher mais pour un tissu, c’est pas donné.

photo pashminasMais qui parle d’argent. Moi je vous parle de volupté, de douceur, de sensualité, de…

Non je n’ai pas croisé l’homme idéal, j’ai touché le Pashmina.

Ma seconde rencontre avec le susnommé s’est faîte pendant les vacances en plein cœur du Cap, non pas de Bonne Espérance (je n’ai pas  les moyens) mais du Cap-Ferret (là, ce sont mes amis qui ont les moyens) . Amour d’été me direz-vous. ( Si, si je vous écoute).

Que nenni (attention, changement de langage. Ici on croise en tong des spécimens griffés Versailles , St Nom la Bretèche, voire Neuilly, s’il faisait froid à La Baule)

Que nenni, écrivais-je, je vous parle du deuxième rendez-vous , celui où l’on tisse des liens. (Tisse, Pashmina, vous voyez la subtilité?

Nous voici au marché du Cap où ici aussi le vent indien parisien souffle. Pour 120€ TTC vous brillerez au cœur des Ferret. (Pas ceux d’Anne d’Autriche dans Les Trois Mousquetaires mais des Ferret-Capiens, habitants du Cap Ferret qui fait face à la Dune du Pylat. Et non ce n’est pas au Maroc mais près d’Arcachon, pas loin de l’Ile aux Oiseaux, eaux, eaux, immortalisée par le sémillant et non moins faux chauve Pascal Obispo. Ca y est vous y êtes on peut continuer, bande d’ignares? C’est formidable on s’instruit et en plus on se fait engueuler, c’est les vacances et j’en profite.)

Ici, le prototype qui grouille autour du stand « Le Vrai Pashmina » a la chevelure blondasse au soleil retouchée Dessange ou Carita (longs, c’est plus bon), porte des talons Tod’s ( c’est à dire sans talons, mais avec picots), pantalon beige et sac transparent et se voit déjà propriétaire de l’étole « laine et soie » qui les contemple du haut de l’étal.

Pour elles un seul mot d’ordre: le Pashmina, mettez-le autour du cou, autour des reins, des fesses ou des seins, bref où vous voulez pourvu que vous l’ayez.

Si vous n’en avez pas …encore, (vous verrez vous aussi vous y viendrez)…à 120, 150 ou 200€, prenez une étole style …Pash…

Ca va être dur de faire comme si mais avec de l’acrylique et des ciseaux, vous arriverez à faire un Fôshmina plus vrai que nature ou un Vrêshmina suivant la saison.

Le seul impératif: avoir l’air convaincu et débiter une histoire sur la provenance supposée de l’objet rapporté gentiment par un ami en trekking dans l’Himalaya.

Le Fôshmina est une chevrette originaire d’une province reculée située non loin …mais pas vraiment tout près du Cachemire.

Le Bistro du Bassin, la Rhumerie sur le coup de 23 H. Les estivants du Cap transhument vers la Rhumerie.

Déferlement de Pashminas de toutes couleurs: vieux rose, framboise écrasée, rouille frappée…sur quarantaine en instance d’être liftée.

Tout le monde est passé au marché et s’est offert la Pashmina laine et soie à 120 balles TTC. Un vrai troupeau!   Du mouton, du mouton.

 De retour à Paris, petite pause à La Rhumerie, histoire de reprendre contact en douceur avec la vie stressante du parisien au mois d’Août. Plus de place de parking à trouver, ça vous déstabilise jusqu’au mois de Septembre.

Bref, dimanche, 17H, ici aussi il est là, à me narguer.

Cette fois il est drapé en sari mauve sur jupe à volant dans le bas mauve.45 ans, (la femme pas le sari), liftée mais nez qui ne demanderait qu’à être refait, mais on sait bien qu’on ne lui demande pas son avis., Portefeuille multicartes et paiement avec un billet de 80€ pour un Perrier rondelle (avec citron en rondelle) et un quart Evian. On s’éclate, on s’éclate.

Blonde, ça va de soi, petites mules à talon, tout y est. Une question me taraude. Etait-elle au marché du Cap. En face d’elle, la copine. même style en violine ( ça change du mauve). Elles ont lu l’Officiel (pas des spectacles mais de la mode, bande d’ignares. C’est formidable, on se fait engueuler et en plus on se fait engueuler).

Elle arbore une écharpe rose fushia, sur haut violet avec jean 36.sac transparent.

Elle l’a même pas en entier le Pash… Peut-être y’en a qui se vendent en kit.

Elles sont en avance sur l’hiver où la couleur sera mauve ou ne sera pas. Personnellement, elle ne sera pas.

Evidemment le portable sonne. Je  sens que je vais dégainer le mien histoire de… (histoire de faire du genre, dirait ma mère).

Elle se penche pour entendre mieux. Tout le monde sait que les ondes électromagnétiques rasent le sol. (Bande d’ignares…)

Je les hais. Ce n’est pas qu’elles soient moches, elles sont trop. Trop style, trop maigre, trop eau, trop, trop!

Et en plus elles sont garées juste devant le bar.

Devant. Ca ne m’arrive jamais à moi. Non je ne suis pas jalouse.

D’ailleurs moi je prends le métro et avec mes contraventions économisées, je me l’achèterai peut-être le Pash à moins que je ne choisisse les Tod’s ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s