« Cabaret » de retour à Paris

Cabaret est de retour à Paris au théâtre Marigny à partir du 6 octobre 2011. 90 représentations pour plonger au coeur des années 30 à Berlin entre montée du nazisme et histoires d’amour dramatiques.

Le spectacle donné aux Folies-Bergères entre 2006 et 2008, qui avait enthousiasmé les spectateurs et la critique sera rejoué, chanté et dansé dans la même mise en scène de Sam Mendès, le talentueux réalisateur de films américain.

Pierre Lescure et les dirigeants de Stage Entertainment, producteurs de l’évènement et propriétaire de Mogador (Mamma Mia, Le Roi Lion et Cabaret) ont annoncé ensemble dans le foyer de Marigny, la reprise de ce spectacle pour les 45 ans de sa création.
Cette association est une nouvelle fois due à la volonté du directeur du théâtre. ( qui le reste au moins jusqu’au 31 décembre en attendant la décision de la mairie de Paris de reconduire la concession à François Pinault ou de la transmettre au propriétaire des Variétés).
Pierre Lescure aime les partenariats entre public et privé, théâtre et musique.
Le Théâtre Marigny fait honneur à Offenbach qui y a joué ses opérettes au XIXe siècle.

Le rôle de Sally Bowles qu’avait tenu Liza Minelli, sera de nouveau incarné par Claire Perot qui avait été l’une des révélations en 2006 . Elle a offert deux chansons lors de la présentation du projet en faisant résonner sa voix et frissonner les journalistes. Un avant-goût de choix pour cette comédie musicale qui sera aussi en tournée pour la première en France fois à partir de janvier 2012.

Si vous n’avez pas vu ce spectacle en 2006, ne le manquez pas, c’est une réussite. L’histoire qui se mêle à l’Histoire est originale et dramatique (tiré du roman de Christopher Isherwood, Adieu à Berlin).
Un écrivain américain en panne d’inspiration débarque au Kit Kat Club. La liberté sexuelle et politique, le métissage social et les moeurs sans tabou y règnent. Il tombe amoureux de la chanteuse du spectacle. Le Maître de Cérémonie mène le jeu, cynique et drôle. en arrière-plan, la logeuse de l’écrivain veut épouser l’épicier juif  alors que la chasse aux juifs est déjà lancée.

Ce n’est pas une bluette ou un spectacle neutre, mais une oeuvre engagée. Hors ses chansons mythiques, elle reste aussi dans la mémoire et le coeur pour ce qu’elle raconte de l’amour et du contexte des années 30 pas si éloignées de notre 21e  siècle.

photos Pierre Olivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s