Ah, si j’étais russe… Tchékhov et Gorki à l’affiche

Odéon un dimanche après-midi. Je vais voir Ivanov, mise en scène Luc Bondy, décor de Richard Peduzzi, the décorateur de Patrice Chéreau. Comme à son habitude, Luc Bondy qui ne se mouche pas du pied, a choisi la version première de la pièce que Thékhov a remanié plusieurs fois. Par souci de purisme je suppose… Pièce de jeunesse qu’on ne monte pas souvent…j’aurais du me méfier. Le héros, le merveilleux Micha Lescot (qui gagnerait à être connu au-delà du 5e, 6e, voire du 8e arrondissement quand il s’aventure au Rond-Point) est sur scène sur un tabouret devant le rideau alors que les spectateurs entrent. Tout au long de la pièce il lance, « je m’ennuie, je m’ennuie ». Il n’est pas le seul… j’entends les commentaires « mais les russes c’est comme ça, c’est lent ». merci je connais mais lenteur ne veut pas dire chiant ni longueur non plus. La preuve j’ai énormément aimé « Les Estivants » de Gorki à la Comédie Française écrit en 1904, un an avant la révolution de 1905.

ivanov_depagne-8Pour revenir à Ivanov, le héros est fatigué: de sa femme malade, la superbe Marina Hands, de ses amis, de son domaine, bref de la vie. Un instant il cède à l’envie d’une jeune fille amoureuse, mais peine perdue, il l’ennuie aussi et finit par se faire sauter le caisson le jour de son mariage hors scène. (on est propre rive gauche). Je résume évidemment parce que 3h20 (entracte compris quand même) faut remplir. Ce qui est surtout agaçant c’est le maniérisme de la mise en scène. Les changements à vue, le début de la pièce avec la salle allumée, (nous avions déjà eu droit dans un spectacle précédent…) sans vraiment de raison et l’annonce de début de spectacle faite en anglais qui font se gondoler, pardon pouffer, (discrètement, on n’est pas au théâtre du Temple) les spectateurs stylés. Le décor est glacial. je comprends que l’âme russe est du mal à s’y réchauffer.

ivanov_depagne-1Après l’entracte je demande à mes voisins ce qu’ils pensent de la pièce: Formidable. J’avoue du bout des lèvres que je suis un peu déçue… que n’ai-je dit là. Les voilà qui me sautent dessus :  » c’est comme cà , c’est lent Tchékhov.  » Ouh la, doucement bijou. Manifestement la liberté d’expression s’arrête aux marches de l’Odéon… je ne suis pas la seule à m’être copieusement embêtée, vu les quelques réflexions de spectateurs à la sortie, mais sûrement des béotiens comme moi. Jusqu’au 1er mars puis du 7 avril au 3 mai 2015.

 

 © Cosimo Mirco Magliocca

© Cosimo Mirco Magliocca

Côté Gorki, rive droite : je recommande chaudement. Le rideau se lève sur une forêt de bouleaux composés d’une multitude de têtes. Tous les personnages sont présents. Les estivants sont en villégiature au bord de la mer chez Bassov et sa femme Varvara où les semaines s’écoulent à discuter et à boire. Ce sont des gens à l’aise, des intellectuels aussi qui aiment à jouer des pièvces, écrire des vers… une classe qui s’est enrichie en faisant des affaires, en étant médecin ou homme de loi . En y regardant de plus près personne ne semble satisfait de sa vie. L’une trompe son mari avec l’associé de l’autre, le poète qui avait tant exalté Varvara par ses déclamations n’a plus d’inspiration et perd de sa fascination, le plus jeune ne trouve aucune aspiration (encore un qui s’ennuie, on comprend qu’ils picolent) dans leur univers. Une certaine résignation plane.

Les Estivants 2_1_0Maria, médecin secoue tout ce petit monde en posant des questions politiques et sociales. Une fracture se dessine peu à peu entre les « amis ». D’un côté ceux qui  se posent des questions sur le sens de leur vie et veulent tenter quelque chose, se rendre utile, construire et vivre dans un monde plus juste, vivre passionnément et puis ceux qui renoncent dépassés ou incrédules, ceux qui demeurent où ils sont, immobiles. Une distribution parfaite mais je donne une mention à Clotilde de Bayser que j’adore et à Loïc Corbery (oui je succombe à son charme). Une mise en scène de Gérard Desarthe où rien n’est froid où le temps habité, passe (c’est russe) et où les femmes prennent leur destinée en main.

_ND35054

© Cosimo Mirco Magliocca

3h entracte compris et non, on ne s’ennuie pas même si certains people tel Pascal Bruckner sont partis à l’entracte. En même temps le lendemain y’avait école, faut les comprendre et encore ils ont pas vu Ivanov…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s