Fric-Frac: gouaille et argot à l’affiche

Au Théâtre de Paris, Michel Fau joue et met en scène  Fric-Frac, une pièce gouailleuse dans le Paris des années 30 avec gapette, argot et parigot. Régis Laspalès incarne un amoureux transi et un peu cave de la belle qui a du chien, Julie Depardieu . Michel Fau reprend le rôle de Michel Simon en malfrat du pauvre. Mais la comédienne qui emporte le morceau c’est Emeline Bayart. Elle est formidable et inénarrable en amoureuse folle furieuse prête à tout. 

Michel Fau, fidèle à ses souvenirs d’enfance, aime remettre à l’affiche des pièces qui ont été des succès à leur époque. Il a la touch pour faire du neuf avec du vieux. Fric-Frac nous plonge dans la Paris des années 40.  Sensible à la belle Loulou dont l’ami est en prison, Marcel, l’employé modèle en bijouterie, ose lui conter fleurette. Mais Renée la fille de son patron, folle amoureuse de lui ne l’entend pas de cette oreille.  Avec une idée derrière la tête, Loulou le fait marcher gentiment sous les yeux de Joe, petit malfrat qui « travaille » habituellement avec l’ami emprisonné.

La pièce démarre par une première scène un peu lente. L’ensemble sent un peu le carton pâte des films des années 40. On passe de la forêt au bistro louche, de chez le joaillier à la chambre sous les toits de Loulou. Si c’est parfait pour le décor stylisé qui tient plus de la bande dessinée que de la réalité. le parler est un peu forcé dans la bouche des comédiens, cela ne semble pas naturel comme cela pouvait l’être dans celles de Michel Simon ou Arletty. 

Régis Laspalès, tout en retenue, est un employé servile qui ploie sous le joug de son patron et de sa fille. Naïf et routinier, Loulou est pour lui l’aventure. que Julie Depardieu a le charme et le chien qu’il faut pour le personnage.  Dommage qu’elle n’en fasse pas un peu plus dans le côté vamp des faubourgs et jactance des apaches. Sans imiter Arletty, elle a de la marge.
Celle qui emporte la mise et dynamise la pièce est Emeline Bayart. Sa Renée est fantasque, déjantée, elle en a fait des tonnes dans le théâtral et ça passe! 

On passe une bonne soirée dans un Paris typique malgré quelques longueurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s