Soirées en demi-teinte : comédie de boulevard classique et comédie de mœurs tiède

La comédie de boulevard, Le Muguet de Noël et la comédie de mœurs, Trahisons de Harold Pinter, ne tiennent pas toutes leurs promesses. Que cela ne vous empêche pas d’apprécier le jeu des acteurs d’un côté et l’écriture originale de l’autre.

Au théâtre de la Madeleine, Michel Fau, qui a connu le succès, notamment pour ses excellentes revisites des pièces des années 70, s’attaque pour la première fois à l’auteur britannique Harold Pinter, prix Nobel de littérature.
Une femme, Emma, Claude Perron, un mari, Robert, un amant, Jerry, Roschdy Zem, accessoirement meilleur ami du mari : Pinter prend le classique trio de la comédie de boulevard et analyse les relations croisées des personnages durant leur cohabitation.

Au programme, trahisons, mensonges et faux-semblant. L’amour ? Assez absent… Pour encore plus de mystère à moins que ce ne soit pour nous aider à y voir plus clair, Pinter commence par la fin. L’histoire démarre alors que Jerry retrouve Emma dans un bar quelques temps après leur rupture. Enfin, la pièce débute alors que Robert et Jerry, les deux meilleurs amis, jouent au squash.

Puis les scènes remontent le temps qui défile à l’envers au rythme de la déliquescence  des couples. Meilleurs amis, amants, mari et femme. Nous voilà un peu comme dans Colombo où l’important n’est pas de trouver l’assassin,on le connait dès le début, mais de savoir comment l’inspecteur va le confondre en suivant tous les petits détails… Ici l’objectif est de savoir comment ces 3 cobayes en sont arrivés là. Nous regardons les personnages tels des scientifiques analysant les réactions des cobayes.

L’enquête est intéressante. L’écriture de Pinter se lit entre les lignes, les silences sont parlant et les propos cruels. Il manque un peu de sauvagerie et de cruauté dans cet univers policé.
La pièce est déjà déstabilisante, il n’était pas forcément utile d’en rajouter avec un décor déconstruit et des lumières artificielles qui rajoutent à la froideur des sentiments.

Michel Fau, peut-être impressionné par le prix Nobel de littérature s’est empêché de faire « du Fau ». Dommage c’est le type de pièce où la mise en scène peut s’exprimer en toute liberté.   

Au théâtre Montparnasse, Pierre, (Frédéric Bouraly) chômeur et SDF suite à l’incendie de son appartement, .débarque chez son meilleur ami François, (Lionnel Astier).  Il est même le parrain de sa fille, Marion que François voit toujours comme l’enfant à protéger surtout de ses petits copains qui ne trouvent jamais grâce à ses yeux de père.

Ce soir là Marion fait très fort en présentant son nouveau petit ami plus âgé qu’elle et qui est aussi le patron soi-disant pas très finaud de son paternel. François va demander à Pierre son aide pour que sa fille rompe mais sans que son travail n’en souffre. Chacun joue un jeu mais attention, à malin, malin et demi. 


Dans la pièce, Lionnel Astier  et Frédéric Bouraly sont un peu comme le clown blanc et l’Auguste. L’un subit l’autre jusqu’au moment où le souffre-douleur se rebiffe se révélant pugnace. Les comédiens se démènent, le rythme est soutenu, le patron, Jean-Luc Porraz se fait idiot à souhait, Alexie Ribes joue de sa plastique aussi bien que de son talent, l’écriture a ses morceaux de bravoure sans pour autant se démarquer d’une comédie de boulevard convenue. Dommage j’avais beaucoup aimé la précédente pièce des auteurs   Sébastien Blanc et Nicolas Poiret, Deux mensonges et, une vérité. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s