Archives de Catégorie: Uncategorized

Le Portrait de Dorian Gray: reprise pour cause de succès

Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde reprend pour cause de succès au Théâtre La Bruyère du jeudi au samedi à 21h, samedi 16h30 et dimanche 15h.
Thomas Le Douarec, metteur en scène, adaptateur et comédien, a réussi un excellent spectacle, fidèle à l’esprit et à la verve de l’auteur britannique. Ma critique.

Chez Pétrossian: je vote pour l’Onyx

La trêve des confiseurs, est finie. Mais personne ne nous empêche de la prolonger.

Dans les épiceries fines comme Autour du Saumon, ou chez Bellota-Bellota, spécialiste de la charcuterie ibérique, saumon, taramas délicieux (au yuzu, homard, truffe d’été). On peut choisir une tranche ou un blini  plutôt qu’un paquet, ou pourquoi pas se mettre à cuisiner en choisissant quelques produits d’exception.


Je vous emmène chez Pétrossian  avec une nouveauté: Onyx. La boîte de 6 coûte 46€. Ces billes d’un noir luisant plongés dans l’huile de Camélide bio, sont habillés de feuilles d’or. Ce sont des grains de caviar de 2cm de diamètre, absolument délicieuses. Elles apportent une touche de caviar et un goût iodé à une entrée toute simple. Chez Pétrossian, je l’ai dégustée posée sur une huître. Un délice. Vous pouvez l’utiliser au creux d’une pomme de terre vapeur ou comme suggéré par Pétrossian sur un carpaccio de bar par exemple. 

Rentrée déco: Paris Déco Off

Autant de grisaille en janvier et si peu de lumière , donnent envie de laisser un peu plus longtemps les guirlandes de Noël scintiller et d’envisager de changer la déco.

Vous pourrez avoir une idée des nouveautés et collections 2019 des créateurs et éditeurs en suivant le parcours de la 10e édition de Paris Déco Off , du 17 au 21 janvier.

Nobilis, éditeur de tissus et papiers peints a dévoilé sa nouvelle collection que vous pourrez découvrir sur le parcours.
C’est un plaisir d’écouter Eric Valéro, directeur artistique de la marque qui vous explique avec moult détails comment se crée un tissu. Pourquoi on choisit telle ou telle matière pour donner tel ou tel tombé. Cette année la collection est très « couture ». Bourrette de soie pour les rideaux qui prend tellement bien la lumière. Bouclette composée de laine, viscose et lin, avec fils d’or intégrés pour des canapés cosy et chics.

La collection est vaste et il y en a pour tous les goûts. De la couleur comme des unis rose indien, bouton d’or, brique, turquoise, bleu profond. Mais aussi le classique et raffiné noir et blanc.

Les imprimés graphiques d’inspiration 1930 sont particulièrement réussis. Les motifs jouent sur des hauteurs de fil différent pour leur donner du relief et faire que la lumière structure le tissu.
Les motifs floraux (caoutchouc, narcisse, palme, baie d’Along, sont spectaculaires et la toile de Jouy revisité en satin de coton, du nom de Palazzo, d’inspiration milanaise est très glamour.

La qualité de Nobilis réside dans ses impressions et ses matières comme la laine et soie, le jacquard velours, le velours rongé, dévoré, imprimé, le jaquard velours, le jute « à la brutalité raffinée »… donnent un tombé et une tenue aux rideaux.

La collection de papiers peints s’enrichit de 12 essences de bois comme celle de bois brûlé. Le sisal aussi revient sur le devant de la scène en multiples couleurs, privilégié par les jeunes qui n’ont pourtant pas connu les années 70!

Christian Lacroix Maison, présente également des tissus de canapé, coussins et rideaux luxuriants au nom de Paradis Barbares et aussi pour la première fois un uni pour pouvoir matcher les meubles et les accessoires. Un tapis aux formes graphiques et aux tons multicolores complète la collection très chaleureuse.

Si vous habitez un château ou plus de 3 mètres sous plafond et que vous aimez l’originalité, le panoramique Bois Paradis est magnifique. si vous avez seulement un deux pièces mais que vous aimez la papeterie, le dessin est décliné en carnet, jeu de bagkgammon, …

Une collection de porcelaine a été élaboré en collaboration avec Vista Alegre. Formes découpées et motifs de fleurs (chardon, …) en noir et blanc ou couleur pastel.

Un Coeur Simple: du théâtre, du vrai

Au théâtre de Poche, Isabelle Andréani illumine Félicité, le personnage de Flaubert dans l’adaptation de la nouvelle Un Coeur Simple. Un texte, une comédienne sans fard tout en intensité et humanité et le spectacle naît. Une merveille qui vous emplit d’émotion. 

Pas d’artifice ni de grand décor dans la petite salle du Poche. Seuls quelques praticables de différentes hauteurs  structurent l’espace et évoquent l’environnement de Félicité. Félicité se raconte ou Flaubert raconte Félicité à la première personne. C’est une femme du peuple qui a l’ambition de survivre. Orpheline  très jeune, elle ne reçoit pour éducation que de mauvais traitements des fermiers qui l’emploient.

Elle n’envie personne et nous raconte son histoire d’amour, sa nouvelle maîtresse, les enfants dont elle s’occupe avec amour et toutes les tâches domestiques qu’elle trouve normal de supporter et d’accomplir. Sa vie est rude et dure mais elle ne songe pas à se plaindre. Au contraire elle défend sa maîtresse qui n’est ni bonne ni mauvaise et qui a aussi sa part de malheur. Félicité assume son destin de petites gens, son destin de femme qui est là pour les autres plus que pour elle-même.

La mise en scène joue sur les déplacements dans un décor épuré laissant toute la place aux mots de Flaubert et à l’interprétation incarnée d’Isabelle Andréani. Elle est Félicité tout entière. Elle est magnifique. J’ai pleuré à la fin c’est tout. Allez-y en famille. 

Fêtes: c’est parti! Coeur de Megève débute les célébrations

Toussaint est passé, ça y est, on fonce tout droit sur les fêtes de fin d’année. Pour preuve, les pubs de jouet à la télé, celles de foie gras et de chocolats et les offres de décoration de table rennes, rouge, doré…sans oublier les téléfilms américains à l’eau de rose.

Personnellement je ne suis pas encore trop dans l’ambiance « esprit de Noël » mais ça va venir. Pour nous lancer dans la fin d’année, quelques sujets sur l’art de la table, le chocolat, cadeaux et autres pour célébrer Noël et terminer 2018 en grande pompe!

Et si nous commencions par un séjour familial à Megève à la montagne? 
Coeur de Megève de Steller Hotels (contraction de storyteller) est un hôtel de 39 chambres repris par la famille Kampf (héritière du fondateur de Cap Gémini). Redécoré par la décoratrice d’intérieur Sybille de Margerie, l’hôtel 4 étoiles situé en plein centre de la station et ouvert toute l’année, se veut familial convivial et épicurien.  Je ne l’ai pas vu mais j’ai assisté à la conférence de presse sur la terrasse du Printemps.  Cela donnait envie de tester le bar après une descente tout schuss. Ouverture 22 décembre!



Martine Kampf et ses deux fils aînés, Jean-Bastien et Maxence, ont eu envie d’un établissement chaleureux ouvert aux habitants du village et à l’atmosphère décontractée. 


La terrasse, le , « Le Meige bar « , le restaurant La Muse, ses alcôves et ses baies vitrées avec vue sur le torrent et le salon cosy à la grande cheminée ainsi que les chambres, ont été conçus comme des écrins. La décoration contemporaine affiche les codes de la montagne avec le bois et les transparences, les couleurs rouge et orange, les luminaires cloche de vache uniques et le motif jacquard… Pas de révolution mais du cocon.

Coeur de Megève met en avant le terroir de la région en se fournissant en produits de saison chez les agriculteurs locaux, en lait et fromage à la ferme du Renard et en proposant la bière des Alpes dans les mini-bars ainsi que  des tea time bien fournis! 


Côté bien-être, les produits d’accueil en chambre sont issus de la marque australienne Grown Archemist, sans parabens ou colorants artificiels. Le spa situé au sous-sol, offre deux cabines sous la marque américaine de cosmétique bio Tata Harper avec ses produits 100 % non toxiques fabriqués à la main dans le Vermont.

Coeur de Megève se veut proche de ses clients et propose des activités afin de découvrir la région avec des balades en raquette, des pique-niques, des excursions sur mesure… Un établissement chaleureux et cosy en famille pour y séjourner, y passer ou déguster un vin chaud après le planter de bâton! A découvrir.

Quand le pdg de SFR finira au tribunal avec tous ses confrères voyous?

Je suis chez SFR depuis des lustres, plus de 20 ans ce qui , je vous rassure ne me donne (wharff employer le verbe donner ne convient pas vraiment) aucun privilège particulier.  En revanche sur mon contrat internet fibre, j’ai un privilège (surtout de payer) « divertissement » et autres options dont je n’ai que faire. J’avais entendu des umeurs mais je n’avais pas vraiment suivi, persuadée qu’avec le tollé que ces « privilèges » avaient suscité, les choses étaient revenues dans la légalité. Que nenni!
Ce matin, je me penche bêtement sur ma facture et je vois effectivement toute une série d’options. Hop, je vais sur le site puis sur internet pour savoir comment se débarrasser de tout cela car sur le site de SFR, on peut toujours chercher. Je trouve comment faire : il faut souscrire une offre (ce qui n’est pas bien logique…) puis passer les options en revue et surtout n’en activer aucune. On se retrouve sur le résumé de votre offre où là est indiqué un truc dingue:  Option: Privilège divertissement à 5€ par mois et services résiliés: Privilège divertissement ???

Mais enfin si je l’ai résiliée c’est que je ne l’ai plus en option, non? Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée ? comme dirait ce bon Alfred de Musset? Et bien chez SFR vous résiliez et vous êtes toujours abonné, c’est normal c’est de la vente forcée, c’est tout. Et personne ne s’émeut… c’est du vol pur et simple. Et cela ne gêne personne. 

Comme j’ai envie de savoir le pourquoi du comment, je téléphone au service client, « faîtes le 3 pour tout autre demande ». (Je pense qu’il devrait ajouter faîtes le 4 pour nous engueuler, ça serait utile). Et là je tombe sur une dame charmante qui constate la chose et me dit, « je ne peux rien faire, il faut attendre 48h que la commande soit validée (commande que je n’ai pas passée) pour que vous la résiliez »…Bien sûr. Extraordinaire. Surréaliste. 
Nous somme dans un pays de droit régi par des contrats, des conditions générales, des associations de consommateurs… et on nous force à payer des options que nous ne voulons pas. Est-ce que quelqu’un à la DGGCCRF peut faire quelque chose ou faut-il que la loi du plus fort soit toujours la meilleure? Merci La Fontaine! 

Donc dans 48 h  je retourne sur le site et j’espère que je pourrais résilier l’option sinon je ferai comme les autres, j’irai chez Orange. 

Tout cela me fait penser à ce monsieur qui avait repris un magazine en s’engageant auprès du tribunal de commerce à reprendre un certain nombre de journalistes et qui s’est empressé dès la lendemain de virer tout le monde ( ou plutôt de ne rien en faire) et même de trouver des fautes graves imaginaires pour en virer plus vite. Il a refait un journal avec une agence, vite fait bien fait. Ah, les agences, la mort de la presse et des journalistes, mais pas des journaux. 
Et quand les employés l’ont assigné pour non respect de ses engagements (cela veut dire respecter sa parole, la quoi?) , surprise, plus d’adresse. Et deux mois plus tard, hop le magazine ressort avec une domiciliation à Londres… bien sûr. Et quand les magistrats un peu vexés qu’on les prenne pour des idiots, annulent la vente et qu’il perd ainsi le droit de se servir du nom du magazine et bien il en ressort un autre sous le même nom. Tout cela en toute impunité. Pourquoi changer une équipe qui gagne? 

Moi j’appelle ça des voyous. 

copie de la page du site SFR

OPTIONS

Privilège Divertissement

5€ /mois

Services résiliés :

Bouquet SFR News

Privilège Divertissement

Bouquet RMC Sport Access

SFR Presse

Le CV de Dieu: soirée endiablée

Dieu est descendu à la Pépinière! Le CV de Dieu, de  Jean-Louis Fournier et mis en scène par Françoise Petit, est un dialogue inattendu et décalé,  entre Dieu et un DRH… drôle et poétique.

Dieu a fini de créer le ciel et la terre, hommes et animaux, il s’ennuie. Alors fort de toute son expérience, il envoie son CV à un grand groupe, histoire de se trouver un boulot.
Dieu débarque 
dans le bureau du DRH et dans toute sa splendeur de Dieu dans un costume « éclatant » qui brille de tous ses feux. Le DRH, réjoui de ce recrutement de luxe, le reçoit,  accompagné de son volumineux CV posé sur un …diable, bien sûr. Le ton est donné. 

Le DRH, Didier Bénureau (brillant et touchant) va éplucher ce CV qui présente quelques zones d’ombres et profiter de cet entretien exceptionnel pour poser les questions qui fâchent et pousser Dieu dans ses retranchements.  Jean-François Balmer est un Dieu parfait. Désabusé, un peu fanfaron et très fier de ses créations voire imbu de lui-même. Se laisserait-Il confesser par cet homme qu’il a créé? 

https://theatrelapepiniere.com/Data/spectacles/le_cv_de_dieu/videos/le_cv_de_dieu.ogv

Jean-Louis Fournier a adapté son roman pour la scène en restant fidèle à sa verve et à son côté sarcastique. Les petites phrases fusent, le ping-pong verbal porté par de merveilleux acteurs, fait mouche. Une pièce originale, très écrite, portée par d’excellents comédiens.