En passant

Les producteurs de l’île de Noirmoutier sont venus à Paris présenter leur production. But? Remettre au goût du jour le goût à part de « la Noirmoutier ». Pari réussi, la Noirmoutier est légère et sucrée. Elle se prête à toutes les recettes bistronomiques et sublime n’importe quel plat tout simple.

Récoltée 90 jours après leur plantation, avant maturité, le sucre reste concentré dans la pomme. On peut la déguster avec du beurre et du sel ou la cuisiner comme les grands chefs de la région (Ludovic Pouzelgues, Arthur Biclet, Patrice Milasseau) qui ont planché sur des recettes variées et modernes: churros, mini-farcis aux escargots et beurre d’algues, bouchées rôties aux palourdes… à découvrir sur le site.

Vous les découvrirez jusqu’à demain dimanche 19 mai au Pavillon des Canaux dans le 19e. Et vous pourrez même discuter avec les producteurs par une connexion en live!

En passant

Du 15 au 25 mai, N’Oblige, boutique déco-galerie d’art, rue de Bellechasse dans
le 7ème,expose à la vente 4 créateurs de joaillerie. De quoi dénicher le cadeau idéal pour la fête des mères.

Boks & Baum:
Sylvie Boksenbaum s’inspirent de ses voyages. Ses créations mixent pierres et travail minutieux consistant à crocheter à la main avec des fils de coton et de soie. Elles sont fabriqués à la main à Mexico. Des couleurs subtiles et un design original, font de ces bagues, sautoirs, bracelets et même boucles d’oreille, des accessoires qui finissent parfaitement une tenue.


Collection Constance s’inspire de la Grèce Antique en alliant l’or et les pierres
semi-précieuses. Ils sont fabriqués en France.

Céleste Mogador: Pascale Nivet-Bernetière propose des créations insolites alliant broderie et perles colorées.

Tzuri Gueta: Designer et ingénieur textile, Tzuri Gueta, invente et brevète la technique de la dentelle siliconée qui donne naissance à des bijoux inédits aux couleurs flamboyantes.

Ouverte en septembre, la boutique chic shoppe objets, meubles, tableaux, photos, pièces uniques… de quoi composer un intérieur douillet, original et stylé. Vous trouverez aussi rideaux, tissus, … de qualité et objets, issus de travail de designers, artistes, artisans,…élégants et dans la tendance.

La galerie organise aussi des expositions à thème ou autour d’un artiste. Si vous venez jeter un oeil aux bijoux, profitez-en pour découvrir celle d’aujourd’hui (fin 25 mai) qui a comme thème: L’Eau.

En passant

Si vous détestez la tendance jungle, plantes en tout genre et sous toutes les matières, vous devrez patienter. La tendance est toujours « jungle » pour les papiers peints, rideaux, et même robes ou chemisiers. Une envie de verdure et d’exotisme qui perdure.

On voit la vie en vert, en fleurs, en feuilles, et version XXL comme chez Madura qui voit la chambre en jardin européen ou exotique.

Côté matières, misez toujours sur le lin frais, décontracté et facile à vivre ou sur l’élégance du velours.

mexique avec cactus et tigre pour Maranta chez Madura

Le Jacquard français propose des torchons Savane ou Safari, des nappes, sets, serviettes ou plateaux en bouleau, Bahia motifs jungle et grenouille. Le décor existe aussi en version  outdoor coussins de chaises et matelas de plage.

Pas question d’être discret, lâchez-vous! Mais sur un pan de mur, une pièce, un espace. Evitez quand même la totale dans la maison ou sur vous-même au risque d’encombrer un peu l’espace!   Si vous en avez assez des herbes folles, misez sur le style Art Déco ( comme chez Jean-Vier Uhaïna)  toujours en vogue ou les motifs graphiques.

En passant

Du 20 mai an 9 juin, la petite balle jaune revient sautiller sur les courts du stade Roland-Garros. Le tournoi investit des nouveaux lieux avec le court Simonne-Mathieu créé dans le jardin des serres d’Auteuil. Un rare écosystème végétal autour du court.

affiche de José-Maria Sicilia


Le court Philippe Chatrier renaît de ses gravats en plus confortable. Le tournoi est toujours le même et toujours un autre. Prêt pour l’édition 2019 avant de parfaire les lieux en 2020 (pose du toit rétractable sur le court central) et 2021 (aménagement de la place des Mousquetaires). Il ne manque plus que les joueurs!

Pour le Roland-Garros day, nous étions conviés dans l’Orangerie du jardin des serres d’Auteuil. Ce jardin coincé près du périphérique est un surprenant oasis de calme. L’Orangerie en meulière entièrement réhabilitée accueillera partenaires et invités pendant et après le tournoi.


Le nouveau court Simonne-Mathieu (double vainqueur du tournoi et résistante) est une merveille : semi-enterré, on ne voit de l’extérieur que les serres qui l’entourent et qui abritent des plantes tropicales des divers continents. Nous sommes désormais loin des polémiques engendrées par la « destruction des serres » . Les serres historiques sont toujours à leur place.

Le court Philippe Chatrier n’est pas encore coiffé de son toit rétractable qui permettra de jouer les jours de pluie et en soirée. Il propose désormais 15 000 places et une meilleure visibilité pour les spectateurs.

Nous avons découvert les collections des partenaires, Lacoste, Weston, Nuxe, Carré Blanc…et le nouveau jeu Tennis World Tour sans oublier le nouvelle application qui permettra de suivre le tournoi du bureau dans de parfaites conditions!

la nouvelle serviette Carré Blanc

Je me suis essayée au jeu Tennis World Tour Roland-Garros Edition, disponible le 16 mai 2019 sur PlayStation®4, Xbox One, Nintendo Switch™ et PC. Il m’a bien plu même s’il faut un peu d’entrainement avant de se lancer. C’est ça le sport!

Le tournoi eSport Roland-Garros eSeries by BNP Paribas sera disputé en avant-première sur la nouvelle édition du jeu. 2 nouveaux pays dans la compétition : les Etats-Unis et l’Allemagne et un cashprize exceptionnel de 10 000€. Les phases de qualifications débutées en février éliront le meilleur joueur de chaque nation qui disputera ensuite la grande finale en France, à Roland-Garros. Pour suivre le tournoi, rendez-vous sur le site officiel : https://RGeSeries.BNPParibas.

collection de panamas
En passant

Au 9 rue Scribe à Paris, le premier musée Fragonard du parfum inauguré en 1983, vient de réouvrir après une très belle rénovation. Les soeurs Costa ont repris l’oeuvre de collectionneur commencée par leur père Jean-François en ajoutant de nouvelles acquisitions. Des merveilles de flacons de parfums anciens présentés dans un bel écrin haussmannien.

Au premier étage, vous entrez dans un bel appartement haussmannien avec vue sur l’opéra Garnier. Salles de réception, salons en enfilade, se succèdent, comme au 19e siècle.
Pour mettre en valeur les objets précieux présentés par ordre chronologique,
de l’antiquité à nos jours, les pièces sont placées dans la semi-pénombre. Ainsi les textes explicatifs et les pièces ressortent. La scénographie et la mise en lumière sont délicates.

Préhistoire, Egypte, Terres cuites grecques, boîtes de senteurs, flacons ciselés par Fabergé, flacons décalés et poudriers d’Elsa Schiaparelli, nécessaires de toilette offerts en cadeau par le reine Marie-Antoinette, objets de vertu, … tous ces objets intimes racontent l’histoire du parfum à travers le temps.

L’écrin qu’est l’appartement a également fait l’objet d’une rénovation soignée et moderne. Tout en respectant le lieu, les artisans l’ont fait entrer dans le XXIe siècle. Dorures, murs bleu profond ou vert sombre, font ressortir les moulures et les portraits de dames en chapeaux, des portraits et autres paysages….

Un salon abrite un alambic et tout le processus d’extraction, distillation, enfleurage est expliqué, accompagné de photos et de films comparant hier et aujourd’hui.
Une pièce permet aux visiteurs de s’essayer à reconnaître les diverses senteurs. Ludique et instructif!

La visite gratuite et guidée se termine par la boutique Fragonard sous l’ancienne verrière d’époque, où l’on trouve toujours un petit cadeau emballé avec goût à offrir ou à s’offrir.

En passant

Au-delà de l’émotion mondiale, suscitée par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, merveille spirituelle, architecturale et humaine de 850 ans, le patrimoine, les vieilles pierres, les châteaux, intéressent les français. Une association, VMF, (Vieilles Maisons Françaises) qui est aussi une fondation, publie une revue bimestrielle. VMF qui évoque également les jardins et plus généralement l’architecture.

Maisons, châteaux, demeures, racontent au fil des siècles l’évolution des moeurs et modes de vie de leurs habitants. Le beau livre La Demeure en France, l’art de vivre heureux , (éditions de l’Esplanade) publié à l’initiative de l’association Vieilles Maisons Françaises, passe en revue les organes du château, de la cuisine à la sphère intime jusqu’au spirituel avec les bibliothèques, ses chapelles et ses oratoires. On y évoque aussi les jardins, les identités régionales et aussi le modernisme qui entre au château.

De nombreuses photos illustrent un texte très documenté et aucune pièce ou destination de lieux n’échappent aux auteurs: selleries, remises à voiture, la cuisine, le fournil et même les salles de bain, les glacières ou les escaliers…

On se promène en France, où l’architecture régionale impose sa patte, où même l’exotisme imprime son influence. Les demeures de pierre sont façonnées à l’intérieur ou à l’extérieur par la vie qui passe et par les hommes qui les habitent. Un très beau cadeau pour les amoureux des maisons et de leur histoire. 39€ . Préface Philippe Toussaint, président de l’association Vieilles Maisons Françaises.

En passant

Les fêtes des mères et des pères s’annoncent avec la sempiternelle question: quoi offrir pour faire plaisir? Si on ne veut pas faire plaisir c’est vite fait sinon il faut se creuser la tête pour un résultat pas toujours au top… je suggère deux spectacles (en plus de ceux déjà évoqués) complètement différents mais avec le même point de départ, un pari a priori difficile à gagner: la comédie musicale Guys & Dolls au théâtre Marigny et l’hilarant Tour du Monde en 80 jours au théâtre des Mathurins.

Si vous voulez la jouer classique mais raffiné, musical mais dans les règles de l’art, optez pour Guys & Dolls: Nouvelle puis comédie musicale et enfin film, sorti en français avec le titre , Blanches colombes et Beaux messieurs.

Nous sommes dans les années 50, dans les bas-fonds où truands en chapeau mou et costume rayé croisé, danseuses et petites frappes sont chez eux. Dans le quartier mal famé, on y trouve aussi des flics qui font la chasse aux tripots clandestins et des missionnaires en quête de sauver des âmes. La jolie et tenace Sarah Brown ne désespère pas de ramener dans le droit chemin ces messieurs qui ne pensent qu’à jouer, à boire et à voler son prochain. L’un d’eux Sky Masterson est un séducteur qu’aucune fille ne retient. Il se lance dans un pari risqué: séduire Sarah et l’emmener dîner à La Havane. Va-t-il y parvenir? Il va bientôt s’apercevoir que les blanches colombes ne sont pas pour autant des oies blanches… et que les durs ont aussi des coeurs.

Orchestre en live, décor stylisé, numéros de groupe, chansons en choeurs explosifs et duos intimistes, tous les codes de la comédie musicale classique sont respectés. Une mise en scène au cordeau et des comédiens chanteurs danseurs rompus à l’exercice, nous plongent dans les années 50. L’humour n’est pas oublié et le surtitrage en français nous permet de suivre parfaitement les dialogues et les paroles. C’est un spectacle gai et enlevé. Les amateurs de comédie musicale s’y retrouveront et les autres découvriront!

Au théâtre Marigny, flambant neuf, tout est chic. Du noir vous attend dans le hall avec les noms de compositeurs ou d’auteurs de livrets d’opérettes et autres « musicals », dans la salle, le rouge des fauteuils et du rideau répond au doré des moulures, tandis que le restaurant Costes vous tend sa carte mi-chèvre, mi-chou et que Molière (rose) a été relégué au sous-sol près des toilettes. Tout est dit. Marigny est dédié désormais aux spectacles musicaux. Jean-Luc Choplin ex-directeur du Châtelet et de la Seine Musicale dirige le lieu. Je m’en réjouis, il a redonné à Paris ses lettres de noblesse à la comédie musicale américaine que j’adore. Mais bon l’atmosphère est chic mais pour l’instant, sans âme.

Si les parents ont aimé Le Splendid à la grande époque, si vous avez des ados, si vous aimez le décalé, le foisonnement des situations, des dialogues échevelés et de l’imagination dans une mise en scène à fond la caisse et une scénographie efficace, bref si vous avez envie de rire à gorge déployée et de sortir heureux et remonté à bloc d’un spectacle, Le Tour du Monde en 80 Jours d’près Jules Verne et complètement dynamité par Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, est pour vous!

C’est simple, c’est à mourir de rire! Et ça fait 10 ans que ça dure en passant d’un théâtre à l’autre avec quelques intermittences.
Je rassure les classiques, l’histoire est bien là: à la suite d’un pari, Phileas Fogg, gentleman jusqu’au bout des gants, s’engage dans le pari fou de faire le tour du monde en 80 ajours accompagné de son serviteur français Jean Passepartout et suivi d’un policier qui le croit coupable d’un vol, Fix. Un décor unique et modulable, des vidéos poétiques et des lumières esthétiques, le tour est joué, vous êtes avec Philéas à traverser le monde. Dans ce voyage, les deux compagnons vont rencontrer quelques tribulations et personnages croquignolets.


Ils sont cinq comédiens (Sébastien Azzopardi, Pierre Cachia, Erwan Creignou, Margaux Maillet et Benoît Tachoires et le rideau qui compte bien pour un personnage)  à enchaîner les scènes et les effets, les costumes et les répliques. Ca défile pendant 1h40 et on rit pendant tout le spectacle aux mines trop drôles d’Erwan Creignou qui change de personnage (Ah le consul), comme de chemise,
comme tous ses camarades de troupe, et aux dialogues qui mélangent le 19e siècle et aujourd’hui. Vous aurez droit aux embouteillages parisiens, à Madame Macron, et à toutes les infos du jour revisitées façon Jules Verne ….ou l’inverse. Du coup le spectacle change tout le temps.
Tout le monde rit, même les enfants, qui adorent les extravagances et les anachronismes. Le autres comprennent allusions et double-sens.

Courez au Théâtre des Mathurins, à partir du 16 mai. Vous ne le regretterez pas!