Un Coeur Simple: du théâtre, du vrai

Au théâtre de Poche, Isabelle Andréani illumine Félicité, le personnage de Flaubert dans l’adaptation de la nouvelle Un Coeur Simple. Un texte, une comédienne sans fard tout en intensité et humanité et le spectacle naît. Une merveille qui vous emplit d’émotion. 

Pas d’artifice ni de grand décor dans la petite salle du Poche. Seuls quelques praticables de différentes hauteurs  structurent l’espace et évoquent l’environnement de Félicité. Félicité se raconte ou Flaubert raconte Félicité à la première personne. C’est une femme du peuple qui a l’ambition de survivre. Orpheline  très jeune, elle ne reçoit pour éducation que de mauvais traitements des fermiers qui l’emploient.

Elle n’envie personne et nous raconte son histoire d’amour, sa nouvelle maîtresse, les enfants dont elle s’occupe avec amour et toutes les tâches domestiques qu’elle trouve normal de supporter et d’accomplir. Sa vie est rude et dure mais elle ne songe pas à se plaindre. Au contraire elle défend sa maîtresse qui n’est ni bonne ni mauvaise et qui a aussi sa part de malheur. Félicité assume son destin de petites gens, son destin de femme qui est là pour les autres plus que pour elle-même.

La mise en scène joue sur les déplacements dans un décor épuré laissant toute la place aux mots de Flaubert et à l’interprétation incarnée d’Isabelle Andréani. Elle est Félicité tout entière. Elle est magnifique. J’ai pleuré à la fin c’est tout. Allez-y en famille. 

En passant

Un bon repas mérite une belle présentation. Que vous bricoliez et façonniez des éléments de déco-fête ou que vous alliez dans les grandes maisons d’art de la table, l’essentiel est de décorer à sa façon en mélangeant provenance et style. La tendance est au dépareillé. Alors mixez assiettes de la grand-mère, rennes de Maisons du Monde, sets du Monoprix et pourquoi pas du Sèvres, Lalique ou le traditionnel Villeroy & Boch et le basque Jean Vier. Les beaux objets peuvent aussi faire de jolis cadeaux. 

Et si vous vous inspiriez du château de Chenonceau qui dispose à Noël dans la Grande Galerie, les collections Cristal de Sèvres associées aux somptueux bouquets  de son atelier floral conçus par le scénographe floral du château , Meilleur Ouvrier de France, Jean-François Boucher.
Du 6 décembre au 6 janvier, chacune des pièces est le prétexte pour mettre en scène bouquets, sapins et installations.  Un merveilleux but de visite pour les vacances de fin d’année. 


Cristal de Sèvres édite depuis 1989 le service de verre Chenonceau. Pour ce Noël 2018, un soliflore a été créé avec la collaboration de Jean-François Boucher. (120€)



Chez Lalique, le savoir-faire et l’excellence sont de mise. Connue pour son bestiaire, la maison édite une collection Hirondelles pour célébrer ses 130 ans. Vases, plats, coupes et ornement de sapin composent la collection.

J’aime particulièrement les hirondelles qu’on peut accrocher au mur. Le plus beau est de les mettre grouper, en vol. Evidemment on ne parle pas de prix!

J’ai bien aimé aussi les nouveaux cochons, (à partir de 390€) surtout le rose qui est vraiment très sympathique. (Edition limitée à 130 exemplaires, 1200€) On en parle pas de prix mis d’excellence. 

 

Chez Villeroy& Boch, on fête des 270 ans de la maison en mettant au goût du jour son service Vieux Luxembourg Brindille. bleu et blanc. Un air un peu rétro qui fera son effet sur une nappe bleue ou blanche ou grisée. Bol, 14,90€. 


Si vous préférez le naturel et le côté artisanal le service Manufacture propose  du noir, du gris, du rouge et du blanc à mixer . De la tasse à café, à la coupelle (12,90€) en passant par l’assiette creuse,  à pizza, à pâtes,… A poser directement sur une table en bois brut ou sur une nappe en lin pour accompagner le côté nature. 

Pour les amateurs de tradition, la maison allemande a toujours de nouveaux plats et décorations à ajouter à la collection:  pour les férus du blanc neigeux, cap sur Toy’s Delight Royal Classic en porcelaine. Flocon, père Noël, brin de gui sont les ornements. A poser sur toutes nappes.  Chope 19;90€  Et vous trouverez parce que Noël c’est d’abord religieux. Vous trouverez la crèche, les anges…

La collection Winter Bakery Delight transforme n’importe quelle table banale en table festive: Cette année 3 nouvelles coupes enrichissent la ligne: coupe en forme de bonhomme de neige, de botte,  ou de coeur pour présenter biscuits, chocolats ou fruits secs (29,90€). Les poinçons blancs ci_dessous sont faits pour faire des décorations sur les brioches et autres pâtisseries! Un chouette cadeau pour les cuisiniers amateurs. 

Chez Alessi, on trouve toujours des objets Noël design, des boules à la crèche, du sapin acier aux couverts dorés ou cuivrés pour une table à la fois contemporaine et traditionnelle. 

Et vous trouverez des cadeaux comme la lunch box à porter, très chic. 

Pour la nappe: essayons le jaune vif  rayé noir et gris qui accueillerait des assiettes noires  comme l’Ainhoa Gold de Jean Vier. (à partir de 117€)

Et pourquoi pas l’Espelette Paon bleu turquoise et blanc pour une vaisselle blanche. (à partir de 99€)

Pour les cadeaux , les torchons (9,90€, ben oui des torchons ça sert aux chefs amateurs et on les a toute l’année sous les yeux), motif Cerisiers, ou A Table pour un fana de crustacés. 

Essuie-mains, plateaux, pochons aux noms de villes basques. et plaids tout doux (175€). 

Et pourquoi pas un set dans les bleus-gris comme Bilbao chez Le Jacquard Français. Vaisselle brute ou porcelaine blanche, ça marche!

En passant

Créateurs de saison, regroupe plusieurs créateurs de bijoux, de pochettes, de vêtements pour enfants, de vêtements pour adultes dont des impers en toile enduite très bien coupés, déco…

Cette boutique éphémère 23 rue Faidherbe dans le 11e se dédouble en cette fin d’année au 5 rue Lobineau rive gauche à Saint Germain. Pour le programme voir sur facebook. 

De bonnes idées pour dénicher des cadeaux que vous ne trouverez pas ailleurs. J’ai visité la boutique du 11e et j’ai apprécié le travail soigné et plein d’idées. Les boutiques sont tenues à tour de rôle par les créateurs et créatrices à qui vous  pouvez poser toutes vos questions. Convivial et sympathique.  

du lundi au dimanche de 11h à 20h  jusqu’au 30 décembre 

En passant

Il est temps de parler des gourmandises testées dans les présentations de Noël qui ont lieu … en septembre. Délai de parution oblige. Petit voyage au coeur des dégustations. Evidemment je n’ai pas fait le tour des chocolatiers et épiceries fines! 

Je commence par le sucré:

Michel Cluizel , chocolatier normand et entreprise familiale, fête ses 70 ans.

Il a concocté un coffret (42 €) gourmand complet et très sympathique où l’on peut piocher tout au long de la journée: un pot de 25g de pâte à tartiner praliné à 78%, une tablette 70 ans caramélisée, croustillante chocolat au lait praliné (un délice), des carrés chocolat de plantation pour accompagner le café, des barres chocolatées aux fruits secs et fruits confits pour les coups de pompe de 11h ou un goûter de 17h, une petite boite de 4 bonbons de chocolat dont deux ganaches. Et des barres chocolatées excellentes (je pèse mes mots et je retournerai en acheter) sans conservateur à emporter dans son sac. (2€) On peut trouver  bien sûr chaque produit hors coffret. 

Et pour les amateurs de truffes, un coffret truffes nuit blanche en duo: une truffe ganache classique et une truffe blanche amusante au thé, miel, citron, poudre de coco et amandes. (32,90€) Personnellement j’aime des goûts plus tranchés mais je vous rassure, je les ai mangées quand même!

Dans toutes les boutiques vous découvrirez une pièce créative tout en chocolat, l’horloge et ses rouages.  Je trouve les produits de qualité et à des prix raisonnables. Philippe Conticini utilise pour ses pâtisseries la gamme Secrets de pros de la maison, une référence. 

Pierre Hermé propose des Moments Magiques pour les fêtes de fin d’année. Je les ai découverts dans sa boutique de Beau Passage boulevard Raspail-rue de Grenelle,  où se concentrent quelques belles signatures food. 

Des macarons bien sûr: si je ne courre pas après le Caviar Petrossian, je ferai bien un détour pour truffe blanche, noisette et noisette et foie gras. Deux petits nouveaux: Jardin de Modène à la ganache au vinaigre balsamique de la ville italienne aux arômes boisés. Pomposa au marron et à la rose, délicat et tout en douceur veloutée.

Il est décliné en bûche (délicieuse de légèreté, individuelle, 8,90€, 4/ 48€ et 8/ 82€) ) tout comme infiniment mandarine (sorbet mandarine, compote de mandarines confites, 6 personnes, 71€) et infiniment citron noir ( gelée au citron, crème et crème Chantilly au citron noir, 4 personnes 48€, 8/82€) 
Pierre Hermé est le roi du goût et les saveurs fruitées sont marquées et franches. 


Pour la première fois, Pierre Hermé propose des bûches individuelles pour Ispahan, Pomposa et Orphéo. On va pouvoir les goûter toutes!

Orphéo, bûche au chocolat noir intense associé aux noisettes du Piémont torréfié, surmontée de neige à la guimauve blanche et scie décorative a été conçue pour voyager dans un emballage spécial Chronofresh.  Slurps pour le praliné fondant et la crème Chantilly au chocolat noir grand cru.

La Maison du Chocolat nous fait rêver avec ses créations de Noël aux boîtes colorées emplies de poésie et d’images d’enfance.

Rennes, lutins au programme. Pas de révolution dans les goûts mais des classiques éprouvés qui régalent tout le monde. 


Pour la bûche « rêve d’ailleurs » , au décor chocolat noir ouvragé et or fin, Nicolas Cloiseau a élaboré une bûche exotique avec un biscuit aux amandes et noix de coco, des dés d’ananas frais pochés aux épices douces, mousse au chocolat pur Brésil, biscuit cacao au jus et zestes de citron vert. Frais et doux en bouche. (95€ pour 6 à 8 personnes)

J’ai un petit faible pour le Lutin Rêveur, une bouchée de praliné croquant aux fruits du mendiant pour perpétuer la tradition. (29€)

La pièce artistique magique entièrement faite à la main, est un sapin de Noël Bulle de Rêve avec 78 bulles de chocolat noir mates ou brillantes avec pour certaines des décors intégrées. Exceptionnel. 

En passant

Pour attendre Noël, faites comme les enfants, optez pour un calendrier de l’Avent. Il y en a aujourd’hui de tous les genres.Gourmands, alcoolisés, beauté…pour tous les goûts! Ils peuvent être aussi des cadeaux sympas pour les dîners d’avant Noël. 

Gourmand avec les calendriers chocolatés: 24 bonbons de chocolat pour patienter. 
Vous en trouverez dans les supermarchés mais si vous désirez apporter un cadeau original à un dîner, choisissez un calendrier de chocolatier.

La Maison du Chocolat a choisi avec  le calendrier Au Filtre des Rêves, la couleur, la poésie et la fête. 45€


Pierre Hermé a opté pour un calendrier boite à tiroirs design, gris poudré et blanc.


Michel Cluizel pour ses 70 ans propose un calendrier argenté et des gourmandises issues des plantations du monde entier. Il y a aussi plein de gourmandises trop bonnes pour cet anniversaire et un coffret 70 ans délicieux. 

Il y a aussi pour les amateurs le calendrier version bière,

La beauté avec le calendrier l’Oréal 75 € (20 produits en taille normale),

les calendriers de l’Occitane, 49€,

le calendrier thé chez au Palais des Thés,  24 €… ou celui de la Compagnie Coloniale… qui est en rupture sur le site mais vous en dénicherez peut-être à la Grande Epicerie du Bon Marché!

Pratiquement toutes les marques sortent leur calendrier alors à vous de dénicher celui qui fera ou vous fera plaisir!

Vous avez chez Nature et Découvertes, un calendrier aromathérapie.

C’est quand même fait pour que les enfants attendent Noël et le petit Jésus, alors pensez aussi au calendrier de l’Avent religieux avec chaque jour une parole du Seigneur et une petite méditation. (Vous en trouverez plusieurs à La Procure, 12€) 

Fêtes: c’est parti! Coeur de Megève débute les célébrations

Toussaint est passé, ça y est, on fonce tout droit sur les fêtes de fin d’année. Pour preuve, les pubs de jouet à la télé, celles de foie gras et de chocolats et les offres de décoration de table rennes, rouge, doré…sans oublier les téléfilms américains à l’eau de rose.

Personnellement je ne suis pas encore trop dans l’ambiance « esprit de Noël » mais ça va venir. Pour nous lancer dans la fin d’année, quelques sujets sur l’art de la table, le chocolat, cadeaux et autres pour célébrer Noël et terminer 2018 en grande pompe!

Et si nous commencions par un séjour familial à Megève à la montagne? 
Coeur de Megève de Steller Hotels (contraction de storyteller) est un hôtel de 39 chambres repris par la famille Kampf (héritière du fondateur de Cap Gémini). Redécoré par la décoratrice d’intérieur Sybille de Margerie, l’hôtel 4 étoiles situé en plein centre de la station et ouvert toute l’année, se veut familial convivial et épicurien.  Je ne l’ai pas vu mais j’ai assisté à la conférence de presse sur la terrasse du Printemps.  Cela donnait envie de tester le bar après une descente tout schuss. Ouverture 22 décembre!



Martine Kampf et ses deux fils aînés, Jean-Bastien et Maxence, ont eu envie d’un établissement chaleureux ouvert aux habitants du village et à l’atmosphère décontractée. 


La terrasse, le , « Le Meige bar « , le restaurant La Muse, ses alcôves et ses baies vitrées avec vue sur le torrent et le salon cosy à la grande cheminée ainsi que les chambres, ont été conçus comme des écrins. La décoration contemporaine affiche les codes de la montagne avec le bois et les transparences, les couleurs rouge et orange, les luminaires cloche de vache uniques et le motif jacquard… Pas de révolution mais du cocon.

Coeur de Megève met en avant le terroir de la région en se fournissant en produits de saison chez les agriculteurs locaux, en lait et fromage à la ferme du Renard et en proposant la bière des Alpes dans les mini-bars ainsi que  des tea time bien fournis! 


Côté bien-être, les produits d’accueil en chambre sont issus de la marque australienne Grown Archemist, sans parabens ou colorants artificiels. Le spa situé au sous-sol, offre deux cabines sous la marque américaine de cosmétique bio Tata Harper avec ses produits 100 % non toxiques fabriqués à la main dans le Vermont.

Coeur de Megève se veut proche de ses clients et propose des activités afin de découvrir la région avec des balades en raquette, des pique-niques, des excursions sur mesure… Un établissement chaleureux et cosy en famille pour y séjourner, y passer ou déguster un vin chaud après le planter de bâton! A découvrir.

En passant

A la Comédie Française, « La Locandiera«  de Goldoni, mise en scène par Alain Françon est un petit bijou. Bijou de comédie d’abord mais la pièce est aussi une satire sociale et une dissection des sentiments exacerbés par la troublante Mirandolina. Une pièce avec un premier rôle de femme libre confrontée à la société qui trouve sa résonance encore aujourd’hui. Une réussite.  

– -Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE

Mirandolina est la propriétaire depuis le décès de son père d’une auberge à la très bonne réputation. C’est une femme belle qui chérit sa liberté et fait tourner les têtes, de son serviteur Fabrizio (Laurent Stocker) et de ses clients. L’un, le comte  d’Albafiorita met sa fortune en avant tandis que l’autre ne jure que par son rang. « Je suis ce que je suis » aime à répéter le marquis de Forlipopoli totalement désargenté.  Mirandolina accepte compliments et cadeaux contrainte et forcée pour ne pas les fâcher… bien sûr. Fine mouche, elle garde ses distances. Mais voici que le chevalier de Ripafratta, ennemi des femmes déclaré, vient humilier l’aubergiste. Elle se jure de le faire changer d’avis et n’aura de cesse qu’il succombe à ses charmes et à sa personnalité. Mais le jeu peut être dangereux pour une femme seule dans un monde d’hommes.

-Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE

Alain Françon souligne dans sa mise en scène la dimension sociale de la pièce sans pour autant oublier la comédie grâce au jeu moderne et subtile des comédiens. Les personnages ne sont ni blancs ni noirs, ils sont humains. On rit aux échanges du comte (Hervé Pierre) et du marquis (Michel Vuillermoz), aux pièges de Mirandolina et aux soupirs de Fabrizio. Mais nous ressentons aussi parfaitement les tourments et les faiblesses de chacun qui vont à leur manière évoluer au fil de l’histoire. Stéphane Varupenne passe avec conviction de l’orgueilleux sûr de lui au pauvre homme désespéré piégé. 

Tout est réussi: du décor stylisé dont les changements se font à l’abri d’un rideau-mur qui délimite un couloir où les personnages se confient, jusqu’à la musique mélancolique. La troupe est brillante avec en tête Florence Viala qui offre toute la palette de son jeu,  jusqu’à Noam Morgensztern en valet du chevalier amoureux de la patronne qui nous fait rire à chacune de ses quelques répliques.

Un beau spectacle qui peut être vu en famille. Dépêchez-vous, la location est déjà complète sur certaines dates. Jusqu’au 10 février.