Archives de Tag: bistro

bistro simple, sympa et bon: Secrets de Famille

Mardi dernier, comme je vous l’ai raconté, j’ai passé une délicieuse soirée en compagnie du Quatuor et accessoirement d’Anne, une amie de presque 30 ans…bref. (ce n’est pas qu’elle soit accessoire au contraire, la personne qui accompagne fait partie aussi de la soirée réussie mais vous vous en fichez un peu vu que vous ne savez pas qui sait.)

Avant le spectacle, petit détour alentour pour un petit casse-croûte vite fait bien fait.
Ce ne sont pas les établissements de bouche qui manquent, du bistro au resto, du plus bistroquet au plus snobinard qui se la pète à recevoir les comédiens mais négligent les clients du commun.

A deux pas du théâtre de Paris, trois endroits: le plus proche est une petite brasserie honnête aux faux airs de poutres apparentes.
Le suivant en descendant la rue n’a…aucun intérêt. Le décor est attractif, se la joue restaurant bon chic pas de genre. Mais dans l’assiette, ni bon ni mauvais, aucun caractère, aucun goût, du plat (dans le plat), du rien.

J’ai choisi d’essayer le troisième , Secrets de Famille.  Il ne la ramène pas en décor superflu mais affiche un air chaleureux. A l’intérieur c’est clair, moderne, sans tape à l’oeil. D’ailleurs j’ai remarqué que comédiens, attachés de presse, se retrouvaient là pour boire un verre ou manger rapidement. Un signe. Ce soir-là, Clémentine Célarié, qui s’en allait voir le Quatuor également, se sustentait à une table de la mienne…

Exigu, pour rentrer on pousse un peu le client au bar et on s’installe en poussant un peu table et chaise. Sur le tableau, des plats autour de 10€ et des desserts à 7€.
J’ai choisi le plat du jour: lasagne bolognaise de courgettes, salade. Super bon, goûtu, bien servi. Anne, tentée d’abord par le tartare de charolais, les manchons de poulet ou l’assiette auvergnate, a opté pour la salade de chèvre chaud.
Des plats simples, de la cuisine de bonne femme diraient les chefs masculins. Surtout de bons produits sur une carte courte, cuisinés avec sentiment. La salade est fraîche, la pain est bon, le service attentif.
Pour le dessert, on s’est laissé tenté par le fondant au chocolat (les deux dernières parts), sublime. Super bon. Il y avait aussi le gâteau de pommes caramélisées que les hôtes d’à côté se tapaient à belles dents.
Sans oublier une belle carte des vins à des prix corrects.

En sortant la pluie s’était arrêtée, nos papilles étaient rassasiées. La soirée avait bien commencé.

Secrets de famille: 11, rue Blanche Paris 9e 7h-15h30. 18h-21h30. Fermé sam., dim
Tél. 01 53 16 30 45

En passant

Chez Desvouges, la cuisine ressemble à la verve du patron. Généreuse, exubérante, goûtue.   Jérôme a quitté le journalisme par amour pour les gens et la cuisine. Il aime les contact humains, la bonne bouffe avec de bons amis. Derrière le … Lire la suite

Café loto : café resto parisien

Au coin de la rue La Bruyère et de la rue Pigalle, il y a un café qui ne paie pas de mine, le Café Loto.

Quand vous rentrez vous voyez le comptoir de bois clair, les jeux à gratter, les télés pour suivre la course des canassons et  les formulaires du loto bien sûr. Deux marches et vous passez dans la salle de restaurant, avec des tables aux nappes blanches en papier mais avec quand même un verre pour le vin et un verre pour l’eau.
C’est tout simple mais c’est tout frais. La carte est hyper courte, du coup, pas de restes, pas de déchets et comme il y a du monde, la fraîcheur des mets est garantie.

En entrée: terrine de rillettes, avocat crevettes, salade de saumon (j’aurais bien aimé écrire salade de somonette mais non,  c’est du saumon). En plat de résistance: andouillette pommes sautées, boeuf bourguignon pommes de terre vapeur, hachis Parmentier salade, ou encore quiche, salade. En dessert évidemment crème caramel, tarte au citron meringuée et île flottante démesurée ou salade de fruits.
Simplissime, économique, rapide, parfait pour le déjeuner. Le chef salue les habitués. C’est un ancien restaurateur qui s’enquiquinait à la retraite. Alors pour vivre tranquillement sa retraite, il a choisi de retravailler, de cuisiner et de voir du monde.De temps en temps le chef ramène les légumes de son potager de province.
Personnellement j’ai opté pour le hachis Parmentier, salade avec de la vraie purée et de la salade d’origine contrôlée. (Ce qui pour moi veut dire vraie salade sans emballage plastique).
Croyez-moi si vous voulez, c’était léger. Le Bordeaux en carafe ne rape pas,  le café est accompagné d’un chocolat et comme je vous l’ai dit, l’île flottante est énorme. Pour un menu plat/ dessert, accompagné d’une carafe de 50 cl de vin, café, le tout pour deux, nous en avons eu pour 32 €. Entrée, plat, dessert, est  est à moins de 13 €, entrée/ plat ou plat/dessert, à moins de 11 €. C’est un lieu à la fois, atypique et très banal du vrai Paris des parisiens: les patrons sont d’origine asiatique, le chef est français de France, la clientèle est du quartier et la cuisine est bien du comptoir. En résumé, un vrai et parfait bistrot parisien.

Vers 14h30, débarquent les accros des courses d’équidés, et là, fondus de Télérama, un conseil, s’abstenir!

Au Vide-Gousset: Petit Bistro parisien

Petit par la taille, par la carte et par le prix, le resto-bar bien parisien  « Au vide-Gousset  » ( google map), Paris 2e, ne va pas vider votre porte-monnaie.  Je l’ai découvert au coin de la rue du même nom.

 Poussée par la faim et attirée par la déco so parisienne, je suis entrée.  A deux pas de la place des Victoires et de Louis XIV sur son cheval, et à un pas de la basilique Notre Dame des Victoires (où en mai seront exposées les reliques de Sainte Thérèse de Lisieux), vous déjeunez d’un plat du jour à 7,90 € minimum.

Qui dit moins?

Le plat change tous les jours, lasagne- salade, saucisse de Toulouse- gratin de brocolis- pommes de terre – salade, de quoi vous caler pour attaquer l’après-midi. La laitue est croquante, la pain frais, la sauce est maison, la pièce de résistance, chaude. Sinon, croque-monsieur Poilâne ou salade composée à 9,90€.  Faîtes comme moi, arrosez d’un verre de vin du mois (3,50€) pas rapeux (avec modération, je vous le rappelle) et craquez sur la crème brûlée ou l’île flottante, voire l’assiette de  deux fromages.

On paye à la caisse où on peut aussi acheter des cigarettes (fumer tue, je vous le rappelle). CB à partir de 15€

Si vous arrivez tôt au bureau, à la messe ou à la Bibliothèque Nationale, juste derrière, le petit déjeuner est à 5,90€, le café au comptoir à 1€!

Au Vide-Gousset 1 Rue Vide Gousset 75002 Paris –

 01 42 60 02 78 de 7h30à 20h

 credits photos