Archives de Tag: bon marché

Noël en vitrine…ou pas

Je sais bien que célébrer Noël avec crèche, rois mages, petit Jésus et boeuf et âne est du dernier politiquement incorrect (qui l’eut cru?). Même les grands magasins n’affichent plus joyeux Noël (hors le BHV qui nous souhaite un joyeux Noël danois, God Jul, bravo à lui!) et nous présente tout ce qui va avec, des biscuits à la déco.
Côté illuminations dans les rues, rien ne mentionne Noël. On voit des tours Eiffel, des torsades… mais point de Noël. On parle de Fêtes de fin d’année mais prononcer Noël, c’est tout juste si on ne va pas risquer une amende!  En revanche afficher bien clairement les noms des marques de luxe qui sponsorisent les vitrines, là ce n’est pas indécent.

Photo des vitrines du Printemps V. Guichard

Les vitrines du Printemps ont plus d’élégance et fondent les marques dans le décor dédié aux enfants mais celles des Galeries sont carrément moches. Franchement qu’est-ce que le cirque a à voir avec l’esprit de Noël?

Si Le Bon Marché ne sait décidément pas faire de jolies vitrines de Noël (c’est un fait, c’est affreux), nous avons tout de même un père Noël (pour le coup ils ne sont pas aller chercher loin) et des mini-concerts classiques dans le magasin et même des ballets classiques. Voilà l’esprit de Noël bien interprété: dans ce temple du luxe, tout les clients s’arrêtent d’acheter, apprécient le spectacle et applaudissent. Bien agréable. Il y a dans le rayon déco de Noël, des pères Noël magnifiques (25€, la boule) et aussi une nouvelle tendance: la mer… c’est original mais la pieuvre dans le sapin, c’est pour le coup très décalé. A moins qu’on ne la colle à la place du petit Jésus.
Au moins là on n’aurait pas de problème …

Dans la série les vitrines ne paient pas de mine, je suis allée acheter (pas pour moi malheureusement, je rends service) des chocolats chez Patrick Roger. D’habitude nous avons droit à des sculptures magnifiques. Là je ne suis pas fan du côté trop sobre où l’on voit quelques sapins en chocolat dont il a le secret et un empereur sculpté (le manchot pas le petit caporal)… bon tout cela n’est pas très chaleureux. Déjà que les boutiques sont noires… A mon avis le chocolatier n’aime pas Noël… même pas une boite spéciale fêtes ou avec des formes différentes. Pas d’effervescence, pas de bizarreries… ah si des pères Noël en pâte d’amande très sympas. Dommage de ne pas les mettre en vitrine…Ici on fait dans le chic pas dans le choc. Personnellement j’aimerais bien qu’on fasse dans le chaud voire show. 

Soutien-gorge

header-page-accueil-okDans quelques trois petites semaines, Julie, ma filleule,  se marie. Qui dit mariage, dit robe. Qui dit robe dit dessous qui vont avec la robe. En l’occurrence un soutien-gorge sans bretelles. Et avec mon balcon, faut un soutif de compèt’. Je vais donc au Bon Marché rayon lingerie. J’avise une vendeuse charmante de chez Hanro qui me conseille trois, quatre marques plus spécialistes dans le « sans bretelles ». Je fais un tour, on me propose des modèles. J’essaie. Il fait chaud, je transpire, je colle, j’adore…Appel à une vendeuse conseillère. J’attends en petite tenue, j’attends. Arrive une conseilleure-vendeuse. Madame, ça ne va pas je vais vous chercher d’autres modèles. Formidable. Je ne lui demande rien et elle revient avec des modèles …qui ne sont pas à ma taille. Elle insiste. « Au Bon Marché, chaque vendeuse ne défend pas une marque mais nous désirons que la cliente soit satisfaite ».  J’applaudis des deux mains. Soutien-gorge, le retour. J’essaye et commence à me demander si je ne devrais pas opter pour une brassière rouge comme ma robe et à bretelles celui-là. Bref, je garde le premier essayé. Et madame me donne rendez-vous à la caisse.
A la caisse, personne. Enfin du monde mais pas elle. C’est là que je me dis, allons voir un rouge. La dame d’Empreinte, charmante me dégotte un super beau balconnet rouge cerise. J’essaye, approbation de la conseillère et retour près de la caisse…où m’attend la fée vendeuse du premier essayage qui me tance. Comment,elle ne m’a pas vue près de la caisse, m’a cherchée partout, mais quoi, mais comment… en gros je me fais engueuler. En tant que cliente-reine, j’obtempère et moi qui commençais à me demander si j’allais acheter le sans-bretelles, je fais profil bas et je règle mes emplettes.
En partant je passe devant la vendeuse d’Empreinte qui me fait ses plus plates excuses pour l’attitude de sa collègue. On est au Bon Marché quand même. Elle espère que je vais revenir… tout de même.
Mais oui chère madame, je reviendrais dans ce temple du bon goût. Mais la prochaine fois, je dirais à la vendeuse:  » je vais réfléchir » ou « je vais demander à mon mari. » Ma mère disait cela quand elle ne voulait pas acheter. Ou alors en adulte, je dirais « non merci. »

Carte du Bon Marché

J’ai la carte du Bon Marché qui en fait n’a pas grand intérêt puisque les promos sont assez rares et qu’il n’y a ni smiles ni aucun avantage vraiment intéressant. Même plus de cadeau particulier lors d’expos de pays lointains.

Bref, récemment la carte de crédit a été reprise par la BNP, ma banque par ailleurs.
Et là changement. Je fais mes courses à la Grande Epicerie, je paye avec la carte, 13€, (pas cher me direz-vous, mais en même temps ce n’était qu’un article et pas les courses de la semaine) et j’attends de recevoir le relevé de compte.
Et là je n’y comprends rien. Pas d’indication de montant prélevé mais un avis « si vous désirez payer à crédit, appelez avant le 5 du mois.
Si je dois régler à crédit 13€, la situation est grave… Bref, ne voyant rien de particulier, j’envoie un chèque de 13€.

Relevé suivant, il est précisé: différé, 53€ (courses du 24 décembre), débit, 13€, crédit 26€ (13€ prélevé et 13€ par chèque).

Et toujours pas d’indication de prélèvement minimum ou autre… je déduis qu’ils ont donc prélevé mes 13€ et que les 13€ que j’ai réglés en trop seront déduits des 53€ à venir. mais j’ai un doute, comme rien n’est vraiment expliqué, j’appelle et là surprise:

« madame, le montant est prélevé le 20 du mois, à moins que vous appeliez avant le 5 pour demander de régler à crédit. »

Mais ce n’est pas indiqué la date de prélèvement?
….
Donc vous allez déduire mes 13€ en trop, des 53€?

« Pas du tout. Ce qui est en crédit, reste en crédit et ce qui est au comptant reste au comptant. Donc là je vais vous recréditer de 13€. »

????

Excusez-moi, mais si je ne vous avais pas appelé vous ne m’auriez pas crédité de la somme mirifique de 13€?

« ben non. »

Sinon, cela reste sur le crédit ad vitam aeternam?

Donc, BNP se garde mes 13€ si je ne fais pas gaffe.
Dire que quand je dépasse mon découvert sur mon compte courant, elle me compte 8,70€ de pénalité par opération!

Moralité, je réglerai en liquide mes achats du Bon Marché et tout sera parfait!

Créer son parfum avec L’Artisan Parfumeur

Quand je suis malade, alitée, éthérée sur ma couche…telle Marguerite Gauthier, enfin la normale, pas celle de l’Odéon, j’aime m’habiller cool mais ne pas rester en vêtements de nuit et m’asperger d’une brume brumisante fraiche. Moi qui ne change que très rarement de parfum, je choisis une eau de Guerlain version pamplemousse. Offerte par la mère de ma belle-soeur qui ne me refile pas un cadeau qu’on lui a déjà filé…elle.

Tout cela pour en arriver à l’atelier de l’Artisan parfumeur. Grâce au Bon Marché (mine pour toutes les courses chics, chocs et chères), je découvre que l’Artisan Parfumeur organise des ateliers parfum.

De la découverte en boutique à la création d’un parfum que vous emporterez, en passant par l’initiation aux différentes étapes de la création d’un parfum, vous avez le choix du stage.
De plus, haut de gamme oblige, vous pouvez préférer y assister en groupe ou ne pas vous mélanger et bénéficier de la science du parfumeur en atelier privé. Forcément plus onéreux. je ne dis pas plus cher car « cher » ne se dit pas.  De une heure à quatre heures pour connaître les mystères du parfum et de ses matières premières si précieuses. C’est quand même so chic de porter son propre parfum et de pouvoir dire à ses « amies »: « c’est moi qui l’ai fait!  »

Pour tous les amoureux des fragrances, de l’alchimie des sens et de la curiosité d’un savoir-créer.

Pourquoi pas une idée de cadeau pour la Saint Valentin…

De 30€ à 170€ en groupe. En privé jusqu’à 340e selon l’atelier choisi.

Epicerie fine pour fines gueules

Je cherchais où me procurer les succulentes confitures de Christine Ferber quand je suis tombée sur ce site sympathique: edélices.com

Je suis arrivée trop tard à la Maison de l’Alsace, il ne restait plus que quelques malheureux pots de confitures et pas celles que je voulais…la vie est dure. Donc, n’écoutant que mon ventre affamé (de confitures) je tombe sur ce site gourmand. Et que vois-je une adresse à Paris où l’on peut trouver en vrai et en live la sélection de edélices.com  : 19 rue Richer, Paris 9e chez Van Hoos & sons.

Octave : dessert glacé « Juliette » from Octave on Vimeo.

Foies gras, caviars, thés, condiments, terrines, boeuf Wagyu, gâteaux…sélectionnés par des chefs. Tous ces produits sont signés par des artisans et des esthètes. On peut commander par téléphone.

Comme je suis pressée, je pense que je me rendrai au Bon Marché à la Grande Epicerie, c’est là aussi que l’on trouve les bonnes confitures de Christine Ferber. Je salive d’avance sur mon petit-déjeuner de Noël avec du bon pain frais ou de la brioche chaude ou un pain de mie grillé ou un croissant craquant…et du beurre Bordier, par exemple.

Autre site très sympathique: l’atelier des terroirs avec des produits en direct du sud-ouest. Paniers garnis, terrines, fromage, …le plus de temps en temps ils organisent des dégustations à Paris dans des épiceries ou chez des cavistes. Informez-vous sur leur site.

En passant

J’adore recevoir la Lettre Rive Gauche du Bon Marché. Elle est tellement happy few que j’ai l’impression, rien qu’en la lisant, d’être riche, glamour, inèsdelafressangienne et que j’habite rue du Bac ou du moins à trois pas de là. Ce … Lire la suite

la mode parisienne au Bon Marché: intense

En bonne parisienne, rive gauche, (je ne parle pas du Sénat), j’ai ma carte du Bon Marché. Je me demande régulièrement pourquoi, vu qu’elle ne donne pratiquement aucun avantage sauf des réductions ponctuelles. Et vu les prix de départ, c’est peanuts.

Je reçois donc les infos du mois. Pour octobre : « le minimalisme chic s’inscrit comme la tendance forte de la saison. » Puis en conclusion: « Faussement strict, l’automne s’annonce intense ! »
Voyons cela page suivante: deux photos de mannequins. Légendes des photos:  veste en laine (quand même), sans manches (réchauffée, la demoiselle) 2210€, (je préfère ne pas savoir ce que ça coûterait avec les manches…), col en renard posé nonchalamment, 2800€, pantalon en laine (quand même) 895€. Wouahoo. Mais cette laine, elle vient d’où?
A côté, autre photo, manteau Balenciaga (splendide), en peau lainée (quand même), 3950€ (quand même).
C’est sûr l’Automne sera intense surtout pour la carte platine.
Quelques pages plus loin, (j’insiste, je lis jusqu’au bout), Nouvelle Lingerie. Chouette, des dessous chics, je vais peut-être trouver une jolie petite culotte. « Au programme, d’irrésistibles tentations. » Certes. Soutien-gorge, 140€, jupon 160€, shorty, 85€. Oups. Et même pas en soie, polyamide et élasthane. On ne peut même pas les montrer.
Si vous désirez aller juste jeter un oeil en laissant la carte bleue à la maison: « TBM du 5 au 15 octobre, ouverture exceptionnelle dimanche 9 octobre. « Les prix y sont irrésistibles », c’est marqué dans la brochure!